Résumé d'une journée mouvementée pour toutes les équipes avec nos envoyés spéciaux Anne-Sophie Depauw, Philippe Demaret, Boris De Vaere, François Garitte et Arnaud Martin.

Le Daring gagne le match au sommet en patron

Les hommes de Vitali Kholopov ont battu le Dragons et prennent la tête du classement, en restant toujours invaincus.

Les buts : 7e Hendrickx sur pc (1-0), 35e Uher sur pc (1-1), 50e Uher sur pc (1-2), 55e Van Linthoudt (1-3).

Le Dragons, premier, accueillait le Daring, qui pointe à la deuxième place au classement. Ce sont ces derniers qui prenaient les choses en mains dès le début de la rencontre. À 11 contre 10 très rapidement (après une première carte du capitaine braaschatois, Jeremy Celis), les Daringmen se montraient dangereux sans pour autant parvenir à prendre l'avance. C'est même les hôtes qui allaient ouvrir le score, sur PC, grâce à Hendrickx (1-0). Par deux fois dans le premier quart-temps, les Molenbeekois avaient l'occasion de revenir au score sur pc, mais sans succès.

Le deuxième quart recommençait avec plusieurs erreurs techniques de part et d'autres. Les deux équipes ne se créaient aucune réelles occasions et on assistait à une rencontre très tactique. Seul le Daring allait se créer un pc qui allait remettre l'équipe de Vitali Kholopov sur les rails : grâce à un sleep, Dominic Uher égalisait (1-1).

En deuxième période, le match allait prendre une autre dimension et les supporters allaient avoir droit à un vrai match au sommet. Alors qu'un certain énervement était palpable au sein des deux équipes, Uher allait mettre le Daring aux avant-postes : sur une phase de pc, l'Autrichien inscrivait le deuxième but de son équipe (1-2). Les Molenbeekois prenaient la tête de la rencontre et n'allaient plus la lâcher. Cinq minutes plus tard, Van Linthoudt allait même accroître l'avance pour les visiteurs (1-3). Le Daring avait fait le break et ne devait plus que défendre solidement, ce qu'il faisait à merveille. Alors que le Dragons connaît sa première défaite de la saison, le Daring continue son parcours sans-faute. Et devient plus que jamais un sérieux candidat au titre.

Dragons. Van Doren, Celis, Hendrickx, Rubens, Van Bockrijck, Van Doren, Verheijen, Briels, Raes, Thys, van Aubel puis Rombouts, Van der Putten, Luyten, Stevens.

Daring. Masset, Brunet, Enrique, Uher, Mesa, Wegnez, Woods, Oleastro, T.Cosyns, Saladino, Van Linthoudt puis Poutet, Dierckens, Hermans, Jacquier, Dykmans.

Les arbitres : MM. G. Uyttenhove et M. Pontus.

Cartes vertes : Celis (5e), Thys (45e), Uher (45e).

Tanguy Cosyns (Daring) : ''Il faut encore réussir à dominer plus ces matches''



Le Braxgata a encore chuté

L’Herakles a tout de suite rythmé la rencontré et ne s’est pas laissé impressionner lorsque le Brax s’est réveillé sur la fin.

Braxgata – Herakles 3-5

Le derby entre le Braxgata et l’Herakles pour cette 5ème journée de championnat n’a pas connu le même scénario que les autres années. Le premier penalty corner de la rencontre a été sifflé en faveur de l’Herakles après un kick malchanceux dans le cercle d’Harry Verhoeven. C’est le Néozélandais Jake Smith qui a fait trembler les filets (0-1). Une minute plus tard, le Braxgata s’est octroyé un pc, que Loïck Luypaert n’a pas converti. Christophe Adriaensen était à la récupération mais la balle a été bloquée. Le Braxgata a monopolisé la balle pendant plusieurs minutes mais n’a pas profité des occasions.

A la 28ème minute, le jeune attaquant du Braxgata Emil Devis a tenté un shot en revers qui est passé à côté du but d’Harry Verhoeven. Peu de temps avant la mi-temps, Jake Smith a à nouveau enfoncé le clou après un travail individuel et une superbe passe de Romain Devillé (0-2). Mais le Brax n’était pas au bout de ses peines. Un coup de stick d’un Boomois sur celui d’un Lierrois a obligé l’arbitre à donner le stroke à l’Herakles. Et la tâche de le mettre au fond des filets est revenu à… Xavier Reckinger, l’ancien défenseur du Braxgata. Un tir croisé et Harry Verhoeven a été trompé (0-3).

L’attaquant de l’Herakles, Amaury Keusters a littéralement tué le match en début de troisième quart temps d’un imparable tir croisé (0-4). Peu de temps avant la fin du quart, les Boomois ont profité de leur quatrième pc. Loïck Luypaert a au moins sauvé l’honneur grâce à un tir puissant (1-4).

Christophe Adriaensen a profité d’un moment d’hésitation dans la défense de l’Herakles pour réduire petit à petit l’écart (2-4). Alexis Robinet aurait pu profiter d’une contre-attaque mais l’attaquant n’a maîtrisé correctement la balle, qui est retombée juste au-dessus du but du portier boomois. A cinq minutes du coup de sifflet final, Philippe Goldberg a pris le risque de retirer son gardien. Une décision dont a profité l’Herakles en s’accordant un pc et en inscrivant un but via le stick de Jake Smith (2-5). Harry Verhoeven est donc retourné dans sa cage pour les dernières minutes de jeu. Alors que Nicolas Marchant sifflait la fin de la rencontre, le Braxgata jouait son sixième et dernier pc. La conversion du Red Lion Loïck Luypaert n’a malheureusement rien changé (3-5).

Braxgata : Verhoeven ; Luypaert, Hannes, Clément ; Adriaensen, Fareed, McAleese, Kleynjans ; Brouwer, Robinet, Inglis puis Loots, Gysels, Van Biesen, Dubois, Devis.

Herakles : A. Timmermans ; M. Donck, Hens, Reckinger ; De Kerpel, V. Donck, Van Stratum ; Hottlet, Keusters, Legrand, Smith puis Le Paige, Leclef, Devillé, Huybrechs, Timmermans.

Les arbitres : MM. N. Marchant et L. Dooms.

Cartes vertes : 15e McAleese, 69e Hottlet.

Les buts : 5e Smith sur pc (0-1), 33e Smith (0-2), 35e Reckinger sur stroke (0-3), 40e Keusters (0-4), 49e Luypaert sur pc (1-4), 55e Adriaensen (2-4), 66e Smith (2-5), 70e Luypaert sur pc (3-5).

Amaury Keusters: "On n'avait plus gagné au Brax depuis longtemps!"




Victoire sans surprise pour le Watducks

Il s’agissait à priori du match avec le moins d’enjeu de ce dimanche. Malgré quelques blessés, il semblait peu probable que le Watducks reparte sans les trois points de l’Antwerp.

Antwerp – Watducks 0-3

La logique aura d’ailleurs été suivie à la lettre puisque, dès le premier quart, la domination du Watducks ne fut nullement contestable. Mais l’Antwerp, parfaitement organisé dans sa moitié de terrain, verrouilla totalement le jeu, empêchant le Wat d’achever ses actions dans le cercle. Seul un solo de Boccard et un shot dévissé de Capelle auraient pu inquiéter Gryspeerdt.

Le Wat entama son deuxième quart sur le même rythme, bien décidé à conclure l’un de ses innombrables assauts. La défense anversoise craqua finalement une première fois à la 21e. A la suite d’un contre mené à pleine vitesse, Hilton arma un shot revers imparable. Le marquoir enfin en leur faveur, les Waterlootois réduisirent la pression sur la défense adverse. En face, l’Antwerp continua à avoir toutes les peines du monde à être dangereux. Briels trouva néanmoins une latte à la suite d’un avantage parfaitement laissé par l’arbitre. Juste avant la pause, Le Wat trouva et transforma son premier penalty de la rencontre par Charlet.

La suite de la rencontre ne changea guère de physionomie. La domination des visiteurs resta sans conteste tandis que l’attaque anversoise restait toujours aussi peu visible (l’Antwerp ne se créa d’ailleurs aucun penalty sur la rencontre). Peu avant la dernière pause, Kina, qui profita d’un coup franc rapidement joué, inscrivit un nouveau but, d’une raclette puissante dans le coin du but. A 0-3, le match était déjà plié. Malgré quelques nouvelles actions dangereuses de Panchia et Capelle le score n’évolua plus.

Antwerp : Gryspeerdt, Machtelinckx, Peremiquel, Van Valburg, Russell, Van Wanrooij, Delas, Neal, Clerckx, Briels puis Stockbroeckx Sax, Van Ussel, Tate, Groen, Corthouts

Watducks : Vanasch, Boccard, Charlet, Hilton, Kina, Dohmen, Panchia, Van Marcke, Masso, Penelle, Cabuy puis L. Capelle, Ghislain, M. Capelle, Sidler, François.

Arbitres : MM V. Loos et T. Bond

Cartes vertes : 43e L. Capelle, 45e Peremiquel et 56e Van Wanrooij

Carte jaune : 66e Ghislain

Les buts : 21e Hilton ((0-1), 34e Charlet sur pc (0-2), 50e Kina (0-3)

Cabuy : "on a contrôlé ce match du début à la fin"




L'Orée émerge en fin de match

Au terme d'un match qui ne restera pas dans les mémoires, mais qui fut disputé de bout en bout, l'Orée a fait main basse sur trois points précieux comme l'or.

Orée - Beerschot 3-2

Avec un petit coup de pouce de Dame Fortune, puisque le coup franc qui permit à Simar de partir et de centrer pour Bigaré résultait d'un kick... imaginaire. Petites causes, grands effet pour le Beerschot qui ne méritait sans doute pas un tel coup du sort.

Les deux équipes s'alignèrent déforcées au coup d'envoi. Les deux capitaines étaient absents, Raphaël Robyns pour une fracture de la mâchoire et Harrison Peeters pour un problème au dos. Arthur De Sloover terminait lui de soigner une petite élongation.

Les Ours furent les premiers en action, obtenant déjà un pc après 40 secondes et le transformant par Ibarra. Le même joueur faillit remettre le couvert deux minutes plus tard mais cette fois son tir ne fut pas cadré. L'Orée équilibra les échanges, mais ne produisit rien de convaincant dans le cercle adverse. Au contraire, le Beerschot rata le break par Saeys (dans les filets latéraux) et sur un centre cisaillant d'Ibarra qui ne trouva pas de repreneur. L'Orée dut attendre la demi-heure pour obtenir un premier pc, puis un second, que Dekeyser transforma en deux temps (1-1). C'était déjà assez bien payé pour les Woluwéens.

A la reprise, ce furent à nouveau les Anversois qui se montrèrent les plus menaçants, Nelen sollicitant Flamand qui concéda un pc. Celui-ci en entraîna un autre, puis un troisième et Paton donna l'avance aux Mauves (1-2). Pas pour longtemps puisque trois minutes plus tard, Dekeyser put à son tour tirer un pc, qui échoua sur le pied de Paton replié sur sa ligne. Stroke, transformé par Jay sans trembler (2-2).

En fin de match, l'Orée poussa de plus en plus et prit un certain ascendant physique, mais ne récolta que des pc et deux d'entre eux furent cette fois sauvés par Paton sur la ligne tandis que David Van Rysselberghe sortait une parade spectaculaire. Finalement tout se joua à deux minutes de la fin, mais la fin, vous la connaissez déjà...

Orée : Flamand, Delavignette, Bergner, Fabri, Solano, de Paeuw, Masson, 't Serstevens, Callioni, Dekeyser, Simar, puis Bigaré, Freyling, Moretto et Branicki.
Beerschot : D. Van Rysselberghe, M. Van Rysselberghe, Bourg, M. Peeters, Doherty, Paton, Nelen, Rossi, Ibarra, Delmoitié, Perez, puis Verhoeven, Saeys, Mortelmans et S. Van Strydonck.


Arbitres : MM. X. Voet et A. Zimmer.


Cartes vertes : 39e Freyling, 67e Ibarra.


Les buts : 2e Ibarra sur pc (0-1); 30e Dekeyser sur pc (1-1); 48e Paton sur pc (1-2); 52e Dekeyser sur pc (2-2); 68e Bigaré (3-2).

Jérôme Dekeyser après Orée - Beerschot



Un point largement mérité pour Louvain

Les Universitaires ont montré de bonnes choses sur le terrain d’un Racing peu inspiré dans l’ensemble.

Racing – Louvain : 3-3

Il ne fallait pas manquer l’entame du match au Racing. L’équipe locale n’attendait pas la fin de la première minute de jeu pour se procurer son premier pc. Un pc que Simon Gougnard finissait par convertir après deux arrêts miraculeux du portier Reynaud. Six minutes plus tard, Gucassoff réalisait une superbe sortie devant Pangrazio qui se présentait seul face au gardien ucclois. Louvain était plus entreprenant et Sanchez tirait à côté de la cage juste avant la fin du premier quart temps.

˝Nous sommes meilleurs que ces gars-là˝, pouvait-on entendre (en anglais dans la versions originale) du côté du staff de Louvain juste avant de reprendre le jeu. En effet, Louvain produisait plus de jeu et se montrait plus souvent dangereux que son opposant du jour. Sur un beau mouvement collectif, Pangrazio ouvrait pour Garcia qui tirait en revers dans un angle assez fermé pour rétablir l’égalité. Ensuite, Gucassoff sortait un très beau revers de T. Willemens qui prenait la direction du plafond. Le même gardien arrêtait un flat trop mou de Romeu. ˝Que faisons-nous˝, demandait Charlier en criant alors que son équipe se désorganisait. Juste avant la mi-temps, Boon ne cadrait son sleep sur pc.

Peu après le repos, Marait débordait dans le cercle côté droit, son centre n’allait trouver personne, mais Lootens déviait la balle dans son propre but. Louvain passait donc devant au score. Mais dix minutes plus tard, Charlier se débarrassait de son défenseur avant de centrer en revers pour Boon qui n’avait plus qu’à pousser au fond pour égaliser. Le Racing obtenait un nouveau pc juste à la fin du troisième quart. Le sleep de Boon était arrêté par Reynaud.

A un quart d’heure du terme, les Rats obtenaient leur quatrième pc. Boon se chargeait de la conversion pour ramener le Racing en tête au marquoir. Quatre minutes plus tard, personne ne pouvait reprendre un bon centre de Rickli. Dans la foulée, Santana, seul face au gardien, déviait au-dessus du but. A cinq minutes de la fin, Louvain gaspillait un pc. Le stopping était raté. Dans l’autre sens, Reynaud sortait un tir trop faible de Simon Gougnard. Dans la foulée, Louvain obtenait un pc contesté (difficile de se prononcer même sur les images vidéo). Romeu ne se privait pas pour autant de placer un sleep puissant dans le plafond. En toute fin de match, les Rats obtenaient encore deux pc consécutifs mais Maraite sortait bien à deux reprises.

Racing : Gucassoff, Harte, Rickli, Vanwetter, Lambeau, Truyens, S. Gougnard, Meurmans, Boon, Vanneste, Charlier puis Dalla Palma, B. Gougnard, de Chaffoy, Lootens.

Louvain : Reynaud, Dallons, L. Willems, Romeu, Lockwood, Lopez, Sánchez, Pangrazio, T. Willems, Maraite, Garcia puis Degroote, Pokorny, Santana, Richards, Birchall.

Les arbitres : MM. F. Deneumostier et S. Duterme.

Carte verte : 62e Lootens.

Les buts : 1re S. Gougnard sur rebond de pc (1-0), 19e Garcia (1-1), 39e Lootens csc (1-2), 48e Boon (2-2), 56e Boon sur pc (3-2), 66e Romeu sur pc (3-3).

‘Pilou Maraite (Louvain) :"On récolte le fruit de notre travail"