Mardi soir, l’Organe d’Administration (ARBH) a mené une AG extraordinaire afin de soumettre tous les clubs à un vote concernant le nombre de clubs en Division d’Honneur en septembre.

Le résultat du scrutin n’a pas permis de trancher entre les deux propositions sur la table vu qu’il fallait une majorité des 2/3 avec la barre des 50 % franchie tant en LFH (Ligue Francophone de Hockey) qu’en VHL (Vlaams Hockey Liga).

La proposition de la fédération qui demandait une DH à 12 a recueilli 58,67 % des suffrages contre 41,33 % pour le groupe des ‘10’ clubs qui portaient le projet d’une DH à 14. Si le résultat n’était pas une surprise, la répartition linguistique est fort étonnante. En effet, dans le nord du pays, 85 % des clubs ont voté pour une DH à 12 alors que les matricules de la LFH n’étaient que 37 % à vouloir suivre ce même chemin. Une véritable fracture linguistique !

Par conséquent, la question reviendra à nouveau sur la table lors de la prochaine AG qui est annoncée le 19 juin. A nouveau, il faudra atteindre une majorité des 2/3. Les clubs devront toujours choisir entre les deux projets à moins qu’une idée différente ne brouille les cartes.

L’ARBH a joué le jeu de la démocratie avec une totale transparence. Elle a laissé à Mathieu Bertrand (Pingouin) le soin de défendre le projet de DH à 14. “Il faut donner une perspective claire à tous les clubs qui investissent dans les infrastructures et leur école des jeunes”, argumentait-il. Il balayait les difficultés du calendrier et l’équité sportive.

Serge Pilet, le CEO de l’ARBH, a ensuite défendu son point de vue en rappelant que la DH à 14 n’était qu’une exception liée à la pandémie. Il plaide pour une élite avec un niveau homogène. De plus, il a mis en avant l’intérêt personnel des clubs qui demandaient une DH à 14.

A cause du Covid, seule la DH a désigné un champion et des descendants. Dans les Nationales 1, 2 et 3, il n’y a ni champions ni descendants vu que la saison a été arrêtée en octobre.