L’équipe nationale féminine de hockey affronte la Nouvelle Zélande à Auckland ce vendredi à 17.00 heures, soit 5 heures du matin de notre heure. Il s’agit de la deuxième des 16 rencontres programmées dans le cadre de la Pro League et l’une des trois rencontres de la période d’hiver des Red Panthers.

Battues 2-0 en Argentine dimanche passé, les Belges affrontent à nouveau un sérieux morceau : la Nouvelle-Zélande est 6e mondiale et avant tout une équipe solide, physique et possédant une belle force de frappe. Elle a déjà été opposée dimanche passé aux Pays-Bas, ne perdant que par le plus petit écart contre le numéro 1 mondial. C’est dire si la tâche sera compliquée pour les filles de Niels Thijssen.

« Nous avons réalisé une bonne prestation face à l’Argentine la semaine passée. Nous nous sommes créés plusieurs vraies occasions de but, en plus des 5 pc obtenus : on aurait dû en mettre au moins un. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Oui, nous sommes déçus de ce résultat ; nous aurions pu revendiquer le nul. Mais nous sommes repartis de Cordoba avec le sentiment d’un travail bien fait. » Et c’est vrai que les Belges ont soutenu la comparaison avec les 4e mondiales. Les circonstances n’étaient pas les meilleures, avec une température proche des 35°C et une humidité au-dessus des 85% : vraiment inhabituel pour nos joueuses.

Pas de 28 janvier ! 

L’équipe est partie d’Argentine pour un voyage en deux parties : 12 heures de vol puis encore quatre pour arriver en Nouvelle-Zélande. Elles sont parties le 27 janvier (jour de l’anniversaire de leur coach) pour arriver le 29 janvier. Entre l’Argentine et l’Océanie, il y a 16 heures de décalage horaire. Les joueuses ont donc zappé le 28 janvier. « On a mangé, dormi, on s’est forcé à avaler ce décalage, mais c’est très compliqué. Cela va certainement peser sur notre prestation sur le terrain. » Le T1 a tenté de faire le maximum pour que ce fameux jetlag ne déstabilise pas trop sur les joueuses. Ces dernières sont allées une dernière fois sur le terrain à l’heure de la rencontre de ce vendredi, soit entre 17 et 18.30hr. La température est nettement plus clémente qu’en Argentine, variant entre 25 et 30°C, avec une humidité noramle. La température prévue pour vendredi est de 23°C, ce qui est très correct pour les Belges. Les joueuses ont particulièrement soigné leur hydratation.

Thijssen a laissé la jeune Lucie Breyne en tribune, sa défense se composant de 5 joueuses étant au complet. Il a également Mathilde Raymakers au repos en prenant 4 milieux et en ne laissant qu’une attaquante en pointe. Le côté défensif de l’équipe s’expliquant par le potentiel offensif adverse. Si l’atmosphère est sereine au sein du groupe des Panthers, elle le sera moins demain dans un stade voué entièrement à son équipe : les Kiwies sont nettement favorites, même si les Belges les ont déjà surprises ; les Néo-zélandaises ont gagné 4 des 5 dernières confrontations face aux Belges.