L'Orée est en train de se doter d'une ligne du milieu plus que redoutable. Malgré les départs de Charles Masson et d'Alex de Paeuw (Gand), le club bruxellois a rassuré ses membres en enrôlant deux poids lourds du stick belge.

Déjà solide cette saison, le milieu sera renforcé par John-John Dohmen et... Dorian Thiery. Le champion de Belgique avec le Léo suit donc le champion d'Europe avec le Watducks. A 25 ans, Dorian Thiery, qui arrive dans ses plus belles années, a relevé un pari audacieux en quittant sa maison du Léo. Pour l'heure, il sue tous les jours. "Je m'entraîne encore plus que d'habitude. Je pratique une activité physique tous les jours et même deux fois par jour. Je veux être le plus fit possible. Je me prépare comme si j'avais une grosse échéance bientôt."

L'Orée n'est pas un choix par hasard. "C'est un défi pour moi", nous confiait-il. "Pourquoi l'Orée ? L'équipe possédait déjà la base cette saison. Elle s'est renforcée et n'a pas encore fini de se consolider. L'équipe sera très compétitive. Maintenant, il faudra que la sauce prenne", raconte celui qui aura aussi le rôle de relais entre les jeunes filles et les dames. "Je serai sur le terrain pour les aider à se développer."

Il espère ainsi se relancer totalement en équipe nationale. Dodge veut renouer avec ses années en Red Lions qui avaient connu un brutal coup d'arrêt durant l'été 2015 alors qu'il dirigeait de main de maître le milieu des Reds  lors des demi-finales de la World League. Ce contact fortuit avec l'Irlandais l'a fauché en plein envol. Sur la touche durant une demi-année, il n'a jamais eu le bon timing pour revenir dans la course. « J’ai connu des soucis de timing », nous confiait Dorian Thiery il y a quelques semaines. « En 2015, je me blesse à l’épaule. Je reviens sur le terrain à moins de 3 mois des Jeux de Rio. J’étais trop court. » Un an plus tard, il était en lice pour disputer les championnats d’Europe à Amstelveen. Lors du sprint préparatoire final, il se blesse au pied. « Je venais de manquer mon 2e grand rendez-vous d’affilée. » Il s’est consolé à moitié avec des tournois de World League, mais l’adrénaline n’est pas comparable.

En club, il a joué son rôle avec sérieux. Il a ainsi participé activement à la conquête du titre du Léo en 2019. "Je reste en très bon terme avec eux. Le Léo reste mon club de coeur. J'y ai passé 10 ans. J'y ai tout appris. Je tourne un grand chapitre de ma vie, mais je ne ferme pas définitivement la porte au Léo."

En rejoignant l'Orée, il est sorti de sa zone de confort ce qui l'obligera à prendre encore plus de responsabilités ce qui devrait le rendre plus visible. Le report des JO d'un an reste une mauvaise nouvelle pour lui car il est peu probable que Shane McLeod ne change sa copie. Ses Red Lions sont champions du monde et d'Europe. La concurrence est très féroce. "Je prends des risques en rejoignant l'Orée. Ce nouveau challenge me motive. Au Léo, je n'arrivais plus à trouver ce qu'il me fallait. Je sais que Shane McLeod ne changera pas ses plans, mais je bosse afin de me donner un maximum de possibilité de revenir un jour. Je déteste être parti avec ce goût d’inachevé.»