Il y a un an, Jean Willems avait mis fin à un règne de 6 ans à la tête du Dragons.

Il regrettait la divergence de vision entre le club et lui-même. L’ancienne légende du hockey belge avait guidé le club anversois vers 4 titres et deux médailles en EHL. A l’époque, il voulait se donner un peu de temps afin de ne pas embarquer précipitamment dans un projet. Une demi-année plus tard, le papa de Tommy et de Louis, a pris le temps d’écouter le projet du Watducks. Les deux parties sont facilement tombées d’accord. Au soir de la saison 2019-2020, il succédera à Xavier De Greve, un fidèle Canard qui mettra fin à 3 décennies passées à Waterloo.

Depuis Etienne Tys, le Watducks a attiré des coaches de génie de la trempe de Pascal Kina, de Shane McLeod et de Xavier De Greve. Jean Willems s’inscrit dans cette tradition d’un hockey total avec un press haut.

Il restera à voir le visage de l’équipe qui sera mise à la disposition de Jean Willems. Vincent Vanasch ne sera pas de la partie vu qu’il évoluera à Cologne. D’autres départs ne sont pas impossibles comme celui de John-John Dohmen qui se rapproche de la retraite. L’ossature composée de Boccard, Charlet, Van Strydonck, Van Oost, Van Marcke, Ghislain, Dijkmans est annoncée stable.

Un double Stick d'Or

Jean Willems, c’est un personnage. Avant d’être T1, il a connu une riche carrière en équipe nationale avec plus de 300 caps à une époque où les matches internationaux étaient plus rares. Il a débuté à Gand, mais c’est au Dragons que le Stick d’Or 1992 et 1999 a vécu son âge d’or durant 10 ans. Il a également porté le maillot du White Star. Dans ses plans de carrière, le coaching n’a jamais ressemblé à une évidence.

Il a découvert le poste de T1 à l’Herakles, mais il ne peut empêcher la descente des Lierrois. Il poursuit son apprentissage à l’Orée durant 4 saisons. Il finit par rejoindre le Dragons en tant que T2 avant d’accepter d’être le T1. En dehors des terrains, il travaille dans une entreprise spécialisée dans les terrains synthétiques. 

A Brasschaat, il a travaillé avec une armada exceptionnelle. A Waterloo, il retrouvera de nombreux internationaux. Jean Willems, c’est un amoureux du beau jeu. A Waterloo, il disposera de joueurs capables de répondre à cette philosophie.