Rien ne va plus du côté de l'Antwerp, finaliste du dernier championnat. Un point et dix-huit buts encaissés après quatre journées, les Anversois ont touché le fond dimanche, le Léopold leur infligeant un cinglant revers (1-6) en revanche des demi-finales des play-off 2002-2003.

Les joueurs de St-Job n'avaient, il est vrai, pas préparé le match de dimanche dans les meilleures conditions. Doux euphémisme, alors que le maître à jouer Vitali Kholopov ne fut pas titularisé d'entrée - il monta au jeu après cinq minutes, réalisant une prestation inconsistante - suite à un problème de retard à l'entraînement, tandis que le coach Philippe Verdonck avait été purement remercié dans la semaine! Ce dernier, qui a pourtant permis au Waterloo Ducks de monter en D 1 avant d'être écarté et a bien failli faire monter la Rasante en D 2 la saison passée, s'était, il est vrai, embarqué dans une belle galère pour sa première promotion comme coach en D 1.

«Nous avons proposé à Richard Redfearn de reprendre le coaching, tout en mettant un terme à sa carrière de joueur, nous commente le manager Ernst Baart. De toute façon, le Néo-Zélandais avait été transféré de l'Orée à l'intersaison pour s'occuper principalement de notre école de jeunes, son apport en tant que joueur de l'équipe première étant considéré seulement comme un bonus. Vu qu'il débute comme coach en D 1, il sera épaulé par Michel Van Den Heuvel, assistant coach de l'équipe nationale hollandaise. Le rôle de ce dernier sera celui d'un consultant, qui visionnera nos prochains entraînements et la plupart de nos matchs à domicile.»

Si l'Antwerp n'a pas trouvé ses marques en ce début de saison, il le doit principalement aux nombreux départs non compensés. On ne remplace pas, en effet, du jour au lendemain des joueurs tels Stepan Klimovitch (en Biélorussie), les Australiens Murray Richards (à Rotterdam) et Ryan Zielke (retour au pays) ou encore Serge Fayat (Waterloo Ducks).

Dans ce contexte pour le moins difficile, les Anversois avaient décidé de colmater les brèches face au Léopold en plaçant Jeroen Baart, meilleur attaquant de l'équipe la saison dernière, au... libero, tandis que le jeune Daniel Makhotkin (19 ans, ex-Daring) se retrouvait back droit. «Il ne faut pas oublier que Jeroen a fait toutes ses classes au libero, place qu'il occupait d'ailleurs en équipe internationale moins de 16 ans, précise le manager de l'Antwerp, père de l'intéressé. Il avait été promu attaquant à la demande de Vitali Kholopov, avec un certain succès d'ailleurs. Désormais, nous voulons cependant retrouver prioritairement une stabilité dans l'axe central défensif. Nous avons d'autres éléments, comme notre recrue Ihar Vaitsuk, capables d'apporter du poids offensif.»

A démontrer rapidement, sous peine de connaître les affres de la relégation pour la deuxième fois en trois ans...

© Les Sports 2003