COMMENTAIRE

La semaine dernière, lors de la présentation de la Coupe du Monde, nous écrivions qu'accrocher la douzième place à Kuala Lumpur serait déjà un exploit pour les Belges. Bien que certains aient trouvé ces propos trop pessimistes (!), force est de constater qu'ils reflétaient tout simplement l'exacte réalité.

Après les six défaites en six matches du Challengers Trophy en décembre, les Diables Rouges sont repartis pour une autre longue série de résultats négatifs en matches officiels. La brève euphorie née d'une copieuse victoire amicale contre l'Angleterre juste avant le tournoi s'est rapidement dissipée.

Une constatation s'impose : le groupe actuel ne peut pas faire mieux pour l'instant.

Quatre buts en six matches, c'est une misère dans le hockey moderne. Et rien ne prouve que d'ici deux ans, lorsqu'il s'agira de rencontrer des adversaires de niveau comparable lors du tournoi préolympique, les perdants d'aujourd'hui se métamorphoseront en vainqueurs. Surtout que d'ici là, quelques anciens qui ont porté l'équipe à bout de bras pendant des années auront très probablement tiré leur révérence.

Deux possibilités s'offrent donc aujourd'hui aux dirigeants de l'ARBH : continuer dans la voie qu'ils se sont tracée et espérer que d'ici deux ans, les jeunes auront fait beaucoup de progrès; soit se rendre compte qu'une sélection nationale doit essayer de rassembler les meilleurs joueurs de notre compétition, et non des joueurs bombardés `espoirs´ sur des critères parfois totalement arbitraires et qui échappent au commun des mortels.

Bref, l'avenir du hockey belge se pose en forme de point d'interrogation.

© La Libre Belgique 2002