Les Young Red Lions démarrent leur Euro ce soir à Valence avec de hautes ambitions.

En attendant les championnats d’Europe de Wilrijk, le hockey a pris la direction de Valence qui reçoit dès lundi l’Euro U21 à l’Estadio Betero qui avait déjà accueilli les Red Lions en Pro League en janvier dernier.

Versés dans la poule A, les Young Red Lions démarrent leur tournoi lundi à 20 h face à l’Espagne. "Le match sera important", commence le Soulier d’or espoir Max Van Oost. "Lors de notre préparation, nous avions perdu 3-2 face à eux à Madrid. Les Espagnols sont très physiques et rapides. Nous devrons garder notre concentration et notre discipline."

Après une préparation de deux mois, l’équipe est prête pour ce grand rendez-vous. Les U21 ont décalé leurs examens afin de se mettre dans les meilleures conditions pour affronter l’Espagne et l’Angleterre. "Nous nous sommes entraînés presque tous les jours avec comme point d’orgue notre semaine de stage à Madrid. Si nous voulons nous qualifier pour les demi-finales, nous devrons battre soit l’Espagne, soit l’Angleterre", résume le défenseur qui répète l’importance de prendre un match à la fois. "Dans un coin de notre tête, nous rêvons tous de la médaille d’or, mais le chemin est encore très long. Il nous reste tout à prouver."

Une vitrine idéale pour filer en A

Lors de l’EuroHockey junior championship 2017, les Young Red Lions avaient perdu lors des shoot out en finale contre les Pays-Bas. On retrouvait déjà quelques U21 de cette année comme Loic Sidler, Romain Delavignette (capitaine) et Maxime Loots. Anciens ou nouveaux, ils veulent suivre l’exemple des Red Lions. "Ils sont une source d’inspiration pour nous", conclut Max Van Oost qui a noué des relations amicales avec certains adversaires internationaux. "Depuis que nous jouons en U16, nous croisons régulièrement certaines têtes. Au fil des ans, on sympathise. Si nous arrivons en A, il est possible que nous les affrontions encore à de nombreuses reprises."

Jeroen Baart avait déjà mené les U21 en finale de la Coupe du monde à Lucknow en décembre 2016. Il y a 3 ans, les piliers de l’équipe se nommaient Loic Van Doren, Nicolas Poncelet, Victor Wegnez, Antoine Kina, Augustin Meurmans ou encore Arthur De Sloover. À l’exception de Poncelet, ils sont tous devenus champions du monde deux ans plus tard avec les Red Lions.

Avant de plonger dans l’avenir, place au présent où ces jeunes lionceaux ont rendez-vous avec leur histoire.

La sélection belge : 1. S. Vandenbroucke (gardien n°1), 2. D. Drijver, 4. T. Stockbroeckx, 5. M. Van Oost, 6. T. Luyten, 7. M. Weyers, 8. D. Englebert, 9. L. Sidler, 10. W. Ghislain, 11. E. Esquelin, 12. R. Delvignette, 13. T. Biekens, 14. O. Biekens, 15. M. Muchs, 16. M. Deplus, 18. R. Duvekot, 20. M. Loots, 22. A. De Chaffoy. Entraîneur : Jeroen Baart