Éclairage

C’est donc reparti pour une nouvelle saison de hockey, qui s’annonce vraiment particulière. Pour rappel, le championnat sera de toute façon coupé en deux : une première partie, forte de 9 journées, dont un double week-end (la semaine prochaine) jusqu’au 1er novembre inclus; ensuite, les 13 autres journées et le play-off depuis début février jusque fin mai, avec un nombre variable de doubles week-ends selon que les Lions iront ou non en Coupe du monde.

Dans les deux cas, en revanche, le championnat sera terminé le 31 mai ! L’ARBH a préféré, une fois de plus, garder le mois de juin totalement libre, alors qu’aucune compétition internationale ne s’y déroulera. C’était pourtant le moment ou jamais de rompre avec une tradition particulièrement lourde, sans compter que le hockey est par essence un sport d’été et que des matches en juin attireront toujours beaucoup plus de spectateurs qu’en février. Demandez aux gérants des clubs ce qu’ils en pensent !

Cela étant, la première journée offrira plusieurs derbies et un match phare incontestable, Antwerp-Waterloo. Le champion en titre sera d’emblée invité à négocier un des déplacements les plus ardus de la saison. D’autant plus qu’ils seront privés de deux pions de base, Thomas Van den Balck (en voyage de noces) et John-John Dohmen (qui vient de terminer ses examens et prend un peu de repos). Mais les Anversois déplorent eux aussi les absences pour raisons diverses de Welten, Kholopov et de trois de leurs renforts australiens.

Trois autres rencontres revêtiront un caractère régional. Le Braxgata, par un curieux clin d’œil du destin, fera ses grands débuts en division d’honneur dans la commune dont il porte le nom en vieux flamand, Brasschaat -où il n’a cependant jamais joué. Cela signifie donc un déplacement au Dragons, soit aussi le retour au bercail de Jérôme Dekeyser et Xavier Reckinger. Un très bon étalon de mesure pour savoir ce que les Boomois peuvent espérer cette saison, face à une équipe qui a subi son énième "face-lift". Les deux autres derbies seront bruxellois. Le Racing accueillera lui aussi un club dont il a transféré deux figures de proue, Uccle Sport, et partira avec les faveurs écrasantes du pronostic. Même chose pour le Léo qui recevra le Well pour inaugurer son nouveau terrain, et qui décevrait terriblement en ne faisant pas main basse sur les 3 points.

Gantoise-Orée sera un duel sous le signe de la lutte pour le maintien. Les Oréens, qui ont perdu deux de leurs meilleurs joueurs dans l’entre-saison, auront fort à faire pour grappiller quelque chose à Gentbrugge, d’autant qu’ils viennent de perdre pour deux mois Thibaut Demaret, victime d’une agression. C’est pourtant dans ce genre de match qu’ils peuvent espérer jeter les bases de leur maintien. Le match s’annonce chaud !

Enfin, Louvain, finaliste l’an dernier et qui aligne une toute nouvelle équipe, passera un test intéressant chez un Beerschot fraîchement remonté en Honneur et avide d’y trouver ses marques.