Le Léo, qui s'alignait avec Herman et de Chaffoy masqués mais pas incognitos, a, de nouveau, concédé une défaite mais cette fois par le plus petit écart... Le manque de conclusion dans le cercle fit parfois défaut et de plus, le stroke manqué par de Chaffoy à la 52e pesa sans doute lourd dans le décompte final.

Si les deux premières occasions de but furent à l'avantage du Dragons, les champions de Belgique ne se laissèrent pas impressionner et mirent la pression durant une bonne partie du premier acte en jouant notamment fort haut. C'est ainsi que Walravens fut inquiété de près par Enderlé et de Chaffoy avant que Houssein ne place à côté du but. Les visiteurs allaient quelque peu faiblir ce dont profita Reckinger, déjà auteur des deux essais du début de match, pour rater de quelques encablures l'objectif. L'alerte était sérieuse car à deux minutes du repos une lucide ouverture de Th. Briels trouva Dekeyser qui ouvrit la marque (1-0). A noter aussi que les pc au cours de ce premier round avaient été rares : un dans chaque camp!

D'emblée, dès la reprise les Ucclois se montrèrent entreprenants et dangereux mais les meilleurs essais de de Chaffoy, E. Van Strydonck, Houssein et Enderlé restèrent lettre morte... Les Anversois attendirent le bon moment et Stumpe lança Reckinger qui se heurta au gardien visiteur mais ce dernier, sur le pc qui suitit, et après avoir signé un premier arrêt, fut battu par Gierts placé au rebond (2-0, 47e).

Il fallait ensuite un arrêt miracle de Deneumostier devant Jef. Thys pour empêcher le 3-0 et puis de Chaffoy gaspilla le stroke qui aurait pu ramener le Léopold à une unité de son adversaire. Cette opération fut cependant réalisée par Antoine Denis, sur pc (le 4e), qui, d'un tir imparable dans le plafond, rendait espoir à ses partenaires (2-1).

Le gardien ucclois dut encore réaliser un exploit sur un tir fusée de Reckinger mais les dernières velléites offensives furent l'apanage des visiteurs à l'occasion de deux nouveaux mais ultimes pc suivis d'une belle contre-attaque. A chaque fois cependant, Quentin Walravens resta maître dans son cercle et sauva ainsi le Dragons d'une éventuelle égalisation.

le match au sommet du week-end. Les Ucclois auront du mal à atteindre le play-off. (PHILIPPE DEMARET)

© Les Sports 2005