LÉOPOLD 2 WATERLOO DUCKS 4

Devant une assistance nombreuse et sous un soleil de plomb, le Léopold et le Watducks nous ont offert une partie inégale et de faible qualité technique. Les deux équipes se sont traînées en première mi-temps, avant de hausser le ton lors du second acte, surtout dans le chef du leader actuel de la compétition.

Le Léo fut le premier à pointer le bout de son nez mais la frappe de Vanderborght sur pc, trop centrale, ne trompa pas De Greve (11e). Dès la minute suivante, sur une suite de pc, Jo. Verdussen - isolé au second poteau - tenta bien sa chance mais le portier visiteur était à la bonne place.

Le Watducks, comme il y a deux semaines face à Louvain, était étrangement absent lors de ce début de match et se rendait coupable de nombreuses pertes de balles ou de flicks aussi imprécis que peu constructifs.

Les pensionnaires de l'avenue Dupuich allaient en profiter, bien aidés par un arbitrage plus que laxiste : Van Strydonck contrôlait difficilement une balle sur le flanc droit et d'un contrôle du pied, empêchait la balle de sortir. Le duo arbitral ne bronchait pas et cette décision eut une conséquence fâcheuse pour les protégés de Pascal Kina, fou de rage sur le bord du terrain. Van Strydonck continuait en effet sur sa lancée, centrait pour de Chaffoy qui voyait sa reprise croquée tromper un De Greve peu inspiré (1-0 à la 17e).

Cinq minutes plus tard, Toussaint - bien servi par Jé. Verdussen - se présenta seul face au dernier rempart waterlooti mais celui-ci sortit avec beaucoup d'à-propos. Quant aux Waterlootis, hormis un revers de Ch. Vandeweghe à la 34e, ils n'avaient strictement rien montré.

Le second acte à peine entamé, les Ucclois repartaient à l'assaut du but adverse mais ni de Chaffoy, ni Letier ne trouvaient la faille. Sur pc, et bien aidé par le dernier rempart visiteur qui se "trouait" quelque peu, le jeune Vanderborght doublait la mise pour ses couleurs (2-0 à la 37e).

Le Watducks était-il KO debout ? Pas pour bien longtemps en tout cas car huit minutes plus tard, le marquoir affichait 2 buts partout : L. Vandeweghe - Deneu n'étant pas exempt de tout reproche sur sa frappe - et Luycx, tous deux sur pc, avaient remis en effet les montres à l'heure.

Les Brabançons allaient être récompensés de leurs efforts quand Haquenne, oublié par la défense visitée, surgissait au second poteau pour donner logiquement l'avance aux siens (2-3 à la 49e).

Le Wadu jouait enfin à un niveau digne de l'élite et allait définitivement tuer le match à l'heure de jeu lorsque L. Vandeweghe ajustait Deneumostier d'une belle frappe en revers (2-4) ...

© La Libre Belgique 2007