Non, l’Orée n’est pas invincible

Léopold – Orée 6-3

Léopold : Henet ; Poncelet, J. Verdussen, Forgues, Eaton ; Zimmer, Englebert, Cuvelier ; Boon, Plennevaux, A. Verdussen ; Puis De Trez, Degroote, Baumgarten, De Kepper, Muschs

Orée : Thieffry ; Stockbroekx, Raemdonck, Bellenger, Willems ; Thiéry, Dohmen, Simar ; Callioni, Domene, Clément ; Puis Beckers, Willocx, Curty, Masso, Moens

Arbitres : MM. V. Loos et M. Pontus

Cartes vertes : 9e Plennevaux, 32e Domene, 34e Bellenger

Carte jaune : 33e Stockbroekx

Les buts : 6e Boon sur stroke (1-0), 13e Boon (2-0), 15e Domene sur stroke (2-1), 27e Boon (3-1), 45e Degroote sur pc (4-1), 49e Plennevaux (5-1), 60e Callioni (5-2), 68e Degroote sur pc (6-2), 69e Domene sur stroke (6-3)


Au tir de Boon, l’Orée répondait à la 3e minute par un premier pc qui était contré. A la 6e minute, Dohmen empêchait Plennevaux de tirer. L’arbitre estimait que la faute était volontaire et sifflait un stroke. Tom Boon le transformait. Pour un coup de stick, Plennevaux prenait une verte. Sur la phase suivante, Tom Boon était oublié dans le cercle. Il signait déjà un doublé. L’Orée ratait l’immanquable. Il recevait une passe en retrait d’un gars du Léo. Il armait un tir en rever qu’il ne cadrait pas. Stockbroekx envoyait une passe lumineuse vers Clément qui était fauché par Henet. Le stroke était pas si clair car la balle était poussée un peu loin. Deux strokes, deux petits cadeaux. La fin du premier quart, l’Orée dominait les débats, mais la plus belle occasion venait du stick de Plennevaux qui cadrait, mais Thieffry détournait. Soulignons la qualité de la passe en profondeur qui lançait l’attaquant. Dohmen envoyait une belle passe pour Stockbroekx qui entrait dans le cercle. Il trouvait Simar qui cadrait un push. Henet était impeccable. De Trez amenait le premier pc du Léo. Le sleep de Boon filait à côté. Boon se régalait lors d’une phase qui ressemblait à un shoot out. Beckers se faisait avoir sur une longue passe. Boon partait seul et calmement plaçait la balle dans le but. Domene voyait vert. Bellenger faisait tomber Plennevaux et prenait une verte. Stockbroekx se plaignait et recevait une jaune. L’Orée jouait à 8. Le sleep de Boon était contré. La balle revenait à 4 reprises. L’Orée résistait.

Le match était très tendu. Le Léo reprenait très fort en début de deuxième mi-temps car il voulait profiter de sa supériorité numérique. Malgré une déviation d’Arthur Verdussen, le Léo n’en profitait pas. Poncelet tirait sur la cuisse de Dohmen. Il s’excusait. Dans ce 3e quart, le Léo prenait clairement l’ascendant. Zimmer était proche du 4e but. Degroote forçait le 2e pc du Léo à la 46e minute. Degroote sleepait dans la lucarne. Bellenger perdait une balle dangereuse, mais le Léo bloquait en tête de cercle le contre. Muschs sortait blessé. Il marchait tout seul. Boon servait Baumgarten qui cadrait sa frappe peu dangereuse. Plennevaux plantait déjà un cinquième but à la 48e minute. Les Ucclois se promenaient dans ce 3e quart. Sur une belle passe de Boon, Arthur Verdussen touchait le poteau. Domene ne transformait pas un pc à la 56e minute. Boon lançait Englebert qui plongeait pour dévier, mais Thieffry écartait le danger. Callioni réduisait le retard à la 60e minute. L’Orée forçait un pc à la 63e minute. Domene marquait, mais le but n’était pas validé.

L’Orée voulait accélérer le jeu, mais le Léo n’était pas réellement inquiété. A 2 minutes du terme, c’est même le Léopold qui obtenait un nouveau pc. Degroote l’envoyait ras de terre côté stick. Domene recevait un deuxième stroke.

Après 7 victoires de rang, l’Orée a perdu ses premiers points en championnat. Quant au Léo, il n’a pas volé ce large succès.

Le Daring reprend espoir

Daring - Herakles 3-1

Daring : Feldheim ; Cicileo, Bell, Brunet, Denis ; Kruger, Coelho, Cosyns, Salis ; Van Linthoudt, Sior ; Puis Jacquier, Leffler, Legrain, Montone, Marqué.

Herakles : Timmermans, ; Haig, M. Donck, Puglisi, Le Clef ; Struyf, De Kerpel, A. Van Dessel ; Delaisse, Keusters, Van Damme ; Puis Harte, Amorosini, Leenders, Devillé, Keusters

Arbitres : M et Mme N. Benhaiem C. Martin-Schmets

Carte verte : 24e Coelho

Carte jaune : 31e Cosyns

Les buts : 16e Delaisse (0-1), 40e Coelho (1-1), 47e Salis sur stroke (2-1), 59e Marqué (3-1)

Alors que la journée est particulièrement froide pour un mois d’octobre, les deux équipes étaient plus motivées que jamais pour décrocher les trois points. L’Herakles mène très clairement le match, bien que le Daring ait commencé avec des belles occasions, qui n’ont malheureusement pas suffit. Delaisse, attendant au deuxième poteau du goal adverse, dévie magnifiquement une passe de Keusters d’une puissance incroyable, marquant le premier goal de ce match. Alors que la tension se fait ressentir, les deux équipes discutent beaucoup les arbitres et les cartes tombent ; le Daring reçoit une carte verte, et même une jaune. La suite du match assez calme, on ressent une nette performance de la part du Daring dès le début de la deuxième mi-temps. Remontés à bloc, ils attaquent et Coelho intercepte la balle mise en hauteur par un de ses coéquipiers, pour la mettre dans le goal et remonter le score à 1 partout. Le Daring continue sa remontada avec un goal mis par Salis sur un stroke, merveilleusement bien cadré. À 8 minutes de la fin de ce match intense, Marqué traverse le terrain d’une vitesse incroyable pour mettre le troisième goal du Daring, résultant à un score de 3-1. Un match intense, et une victoire méritée pour les joueurs de la maison.

Louvain résiste une mi-temps, Gand déroule ensuite

Gantoise - Louvain 5-0

Gantoise: Santiago; Vanwetter, Tolini, M. Deplus, Dubois; de Paeuw, Goyet, Kina; Rogeau, Masson, Saladino; puis de Borrekens, T. Deplus, Esquelin, Hellin

Louvain: Carr; Vanneck, Coolen, Madeley, Georgis; Gougnard, Santana, Murray; Maraite, Vila, Dekeyser; ensuite Van Lembergen, Weyers, Guerra, Bosmans, Dujardin

Arbitres: MM. T. Bigare et J. Ciechanowski

Cartes vertes: 15e Kina, 57e Santana

Les buts: 20e Kina (1-0), 52e de Paeuw (2-0), 58e Kina (3-0), 68e Tolini sur pc (4-0), 70e Tolini sur pc (5-0)


La Gantoise, deuxième du classement accueillait son poursuivant au classement, Louvain, bonne surprise de ce début de championnat. Les deux équipes sont invaincues sur les trois dernières rencontres (l'équipe gantoise ne s'est d'ailleurs toujours pas inclinée dans ce championnat avec un beau 16/18). Les deux équipes possèdent un solide entrejeu, un bon pc offensif. Les autres secteurs ne sont pas en reste.

D'entrée de jeu, les gantois sont présents avec un pressing très intense. Louvain peine à se dégager. A la 2e Goyet profitait d'une récupération d'un de ses milieux pour servir Saladino. L'argentin tirait sur Carr qui se dégageait en deux temps d'un dégagement de gardien de foot. Les entrées de cercle en début de match étaient principalement à mettre à l'actif des gantois. Petit à petit, les louvanistes equilibraient les débats. Kina faisait parler sa vista. Il slapait dans le cercle adverse depuis ses 50. A la 12e, Gougnard pénétrait dans le cercle et tirait sur Santiago. de Borrekens recuperait une balle et lançait en contre-attaque Masson qui échangeait la balle avec de Paeuw. Ce dernier entrait dans le cercle et tirait dans le filet latéral. Juste avant la fin du premier quart, Louvain obtenait le premier pc. Santiago se détendait bien sur l'envoi de Dekeyser.

Goyet débordait à droite et centrait devant Carr. Personne ne touchait la balle. A la 20e après une faute près du cercle, Kina recevait la balle et marquait dans la lucarne opposée. Louvain réagissait avec Maraite qui déviait la balle sur Santiago. Rogeau déboulait seul sur la gauche et obligeait Carr à intervenir. Santiago se distinguait aussi de l'autre côté en sortant un arrêt décisif. Même chose pour Carr peu après. La fin de la première mi-temps voyait Gand obtenir successivement 3 pc. Le dernier était écarté par Carr.

Gand voulait se mettre à l'abri. Rogeau tirait en revers sur Carr. Kina dribblait dans l'axe et servait Masson sur un plateau. Mais le flat du français était trop central, Carr était sur la trajectoire. Gand obtenait un pc, joué en phase entre Tolini et de Paeuw. Goyet tentait le tip-in, Carr veillait au grain, une nouvelle fois. Esquelin jouait vers Saladino. L'argentin jouait dans la course d'Hellin qui tirait sur Carr. A la 52e, de Paeuw doublait la mise. Goyet jouait intelligemment un deux contre un vers l'ancien red Lions qui trompait Carr d'un tir rageur.

Ce deuxième but semblait annihiler les derniers espoirs des louvanistes. de Borrekens récupérait la balle dans les 25 adverses. Saladino passait à Kina qui tuait tout suspense d'un flat puissant. Kina débordait sur la baseline et centrait vers Esquelin. L'attaquant trouvait Carr sur la trajectoire. Kina obtenait un pc. Tolini le tirait sur un pied louvaniste. Sur le second pc, il trouvait la faille côté defenseur. Il n'y en a que pour Gand depuis le second but. C'était au tour de Goyet d'obtenir un pc. Tolini marquait à nouveau. Louvain n'y était plus.

Un score nettement forcé pour une rencontre agréable à suivre

Old Club - Braxgata 2-6

Old Club : Martin ; Lectius, Langen, L. Lejeune, Jehaes ; Dawance, Marchandisse, Kleinkenberg ; T. Tambwe, de Moor, Neuprez ; puis A. Tambwe, Lamarche, Kunsch, M. Lejeune, Chêne.

Braxgata : D. Van Rysselberghe ; Van Cleynenbreugel, Luypaert, Abadal, T.Clément ; Van Biesen, Adrianssen, M. Van Rysselberghe ; de Voogd, Casasayas, Onana ; puis O. Biekens, T. Biekens, Van Steerteghem, Bordas, De Ridder

Arbitres : MM. M. Dutrieux et A.L. Lemmens

Les buts : 7e T.Biekens (0-1), 30e Luypaert sur pc (0-2), 37e L.Langen sur pc (1-2),54e Luypaert sur pc (1-3), 57e Onana (1-4), 58e De Voogd (1-5), 67e Onana (1-6), 68e De Moor (2-6)


C’était un match important pour le Brax, en effet, il se devait de gagner cette joute s’il voulait encore garder l’espoir d’accrocher le top 8. Devant une belle assistance, les locaux démarraient le match pied au plancher. Il fallait 2 interventions décisives de Van Rysselberghe pour que le score ne soit pas ouvert. Contre le cours du jeu, le Brax ouvrit la marque à la 7e par Biekens. Dès ce moment les Anversois prirent les choses en mains sans se créer de grosses occasions. Les 2 équipes jouaient le jeu dès que la possibilité s’offrait. Quelques approximations techniques empêchaient l’Old club de recoller au score. Pire, sur un PC, Luypaert doublait la mise à la 30e . Les locaux reprenaient en force le Q3 et profitèrent d’un PC pour revenir à 1-2 à la 37e. Le match était relancé sous les clameurs du public toujours aussi chaud. Les occasions se succédaient de part et d’autre mais les 2 gardiens veillaient aux grains. Le Q4 fut fatal aux espoirs liégeois. En 4 minutes, le score passa de 1-2 à 1-5. La messe était dite, le Brax pouvait respirer ce qui n’empêcha pas l’Old Club de continuer à se battre en provoquant 2 PC sauvés par le dernier rempart des visiteurs très en verve. Onana fit 1-6 (doublé de sa part) avant que De Moor très actif durant tout le match ne fixe le score à 2-6.

Le Beerschot continue sur sa bonne lancée

Beerschot – Namur 9-0

Beerschot : H. Verhoeven ; Fürste, M. Peeters, De Sloover, Penelle ; H. Peeters, S. Verhoeven, Catlin ; Perez, Duvekot, Capelle, puis Gus, De Bolle, Saeys, Goudsmet et Ide.

Namur : Besonhe ; Bonanni, Daussogne, De Moor, Dieudonné ; Destrée, Joye, Oguz, Weicker ; Cirillo, Géruzet puis Sakellaridis, André, Bronchart, P. De Cocquéau et V. De Cocquéau,

Arbitres : S. Michielsen et D. Can Den Eede

Cartes vertes : 5e De Sloover, 24e S. Verhoeven, 26e Destrée

Carte jaune : 53e Füerste

Les buts : 7e Perez (1-0), 14e Fürste sur PC (2-0), 34e De Sloover sur PC (3-0), 48e De Sloover sur PC (4-0), 51e Saeys sur PC (5-0), 58e Duvekot (6-0), 59e De Moor csc attribué à Perez (7-0), 64e Saeys (8-0), 69e Perez (9-0)


Cela faisait quatorze longs jours que les deux équipes n’avaient pas joué. L’envie de remonter sur le terrain était au maximum des deux côtés. « Ils travaillent beaucoup et très dur pendant la semaine, on a toujours hâte de voir les progrès du groupe le week-end » confiait Joy Jouret avant le match.

En terme de possession de balle, les Namurois sont certes devant lors de cette première mi-temps, mais n’en profite pas vraiment. Au bout de la 6ème minute, Perez enclenche le marquoir, sur une déviation aérienne, c’est 1-0. « Ok je la mets, mais je voulais la laisser au petit jeune qui la donne » précise-t-il à la fin de la rencontre.

Les arbitres sont intransigeants, « Un coup de stick dans les 25, c’est PC, compris Messieurs ? ». En effet, les premiers PC tombent. Sept pour le Bee en première mi-temps. Mais Fürste semble avoir du mal à calibrer ses tirs, trois fois de suite ceux-ci arrivent bien trop à gauche pour inquiéter le portier namurois. Soulignons que c’est bien Besonhe qui est le meilleur rouge sur le terrain lors de cette première mi-temps. Il faut attendre le quatrième PC pour que Fürste trouve enfin la parade et marque le deuxième but de la rencontre. Une minute avant la mi-temps, De Sloover tente sa chance en remplaçant Fürste, il sera efficace dès sa première tentative, c’est 3-0.

Hormis ces phases arrêtées peu fructueuses, il y a vraiment peu de jeu sur le terrain, pas de construction et encore moins de vraies d’occasion. Soulignons un joli petit duel entre Früste et Géruzet dont l’objectif était clairement « d’embêter » le plus possible l’allemand.

La deuxième mi-temps verra également un nombre important de PC, deux seront concrétiser à la 48ème et à la 51ème afin de faire 4-0 ave De Sloover et 5-0 pour Saeys. C’est véritablement au dernier quart temps que nous verrons le match s’accélérer et le compteur s’affoler, pour monter jusqu’à 9-0. Dans l’ordre, Duvekot sur un superbe shoot bord de cercle trouve le côté droit du goal de Besohne, 6-0. Suite à une insertion dans le cercle depuis le côté gauche, Perez semble chercher un centre, mais c’est Nicolas De Moor qui dévie dans son camps, 7-0. Sayes s’offre un doublé, 8-0, idem pour Perez qui conclut le match avec son deuxième, ou troisième selon l’interprétation, but de la rencontre, 9-0.


Dragons - Racing remis

Les Canards marquent 4 fois en 7 minutes

Antwerp – Watducks 2-6

Antwerp : Drijver, N. van Straaten, Machtelinckx, van Ginneken, Uher, Paton, Van der Putten, Verheijen, P. van Straaten, Imrie, van Baal, puis Stockbroekx, Rombouts, De Winter, Huyghe et Bijlaard. 

Watducks : Vandenbroucke, Van Oost, Van Strydonck, Charlet, Boccard, Dumont, Sidler, Wilbers, Pangrazio, T. Willems, Ghislain, puis Van Marcke, Dykmans, Depelsenaire, Caytan et De Backer.

Arbitres : MM. T. Croese et L. Dooms.

Carte verte : van Baal.

Les buts : 4e Charlet sur pc (0-1) : 13e Paton (1-1) ; 19e Willems (1-2) ; 22e Van Oost (1-3) ; 25e Boccard (1-4) ; 27e Willems sur stroke (1-5) ; 49e N. van Straaten (2-5) ; 59e De Backer (2-6)


L’Antwerp n’était pas dans un bon jour ce dimanche. Pratiquement toutes les attaques du Watducks ont été couronnées de succès. Dès la 4 e minute le Wat força un pc et le tir de Charlet, dévié, rentra dans le but (1-1). L’Antwerp résista bien dans le premier quart-temps et ce ne fut pas une surprise lorsque Paton profita d’un rebond pour encadrer Vandenbroucke (1-1). Dans la foulée, les Campinois obtinrent un pc… qui fut annulé après consultations entre les deux arbitres. C’est alors que le rouleau compresseur du Watducks se mit en marche : quatre buts en sept minutes trente ! Un revers de Tommy Willems, laissé libre de tout marquage (1-2), une volée de Van Oost (1-3), un contre de Boccard (1-4) et un stroke, très contesté par l’équipe locale (1-5). Entre-temps, Pangrazio avait raté une occasion qui semblait plus facile à mettre au fond et le Wat avait encore hérité d’un pc, bien sorti par le premier sorteur Machtelinckx. Pour couronner ce petit festival, Drijver sortit du pied un dernier tir de Pangrazio. Les carottes étaient évidemment cuites à point et la deuxième mi-temps fut pratiquement superflue. Wilbers (39 e ) menaça encore Drijver, qui sortit aussi un pc de Charlet et la reprise de Ghislain. Seul devant le gardien anversois, Dykmans rata une énorme occasion de faire apparaître un score de tennis au marquoir. L’Antwerp réduisit l’écart sur sa première véritable attaque de la mi-temps, lorsque Nils van Straaten mit fin à une mêlée devant Vandenbroucke (2-5). Quelques secondes plus tard le dernier rempart waterlooti dut sortir devant van Baal pour éviter une nouvelle réduction du score. Finalement le score de tennis apparut à la 59 e , De Backer à l’affût au deuxième montant poussant la balle dans le but (2-6). L’Antwerp n’obtint son premier pc qu’à la 65 e minute, sans résultat.