Sans transition aucune, le championnat de hockey entre dans sa phase finale à une période particulièrement précoce de l'année. Le champion sera couronné cette saison le 1er ou le 4 mai, c'est exceptionnel. Mais une participation olympique, c'est tout aussi exceptionnel...

Bref, le carré final est constitué, et si l'on se donne la peine de relire les pronostics d'avant-saison, force est de constater que le monde du hockey s'est planté à l'unanimité en septembre, en plébiscitant l'Antwerp et en condamnant à l'avance un Léo, il est vrai déplumé. Il était certes difficile de faire l'impasse sur le champion en titre, mais c'est finalement bien ce qui s'est passé !

Le Léo est donc quelque peu l'invité surprise de ces demi-finales, mais chacun sait que l'appétit vient en mangeant. Et point n'est besoin d'être expert en statistiques pour constater que les Bruxellois ont remporté tous leurs matches à domicile cette saison, sauf contre le Pingouin - un jour où ils n'avaient plus besoin de points - et... Waterloo, contre lequel ils avaient pourtant mené 3-1 à moins de 10 minutes de la fin. Bref, sur le terrain si spécial du Léo, l'équipe locale ne peut être déclarée battue d'avance, et il serait fort étonnant que les Canards - privés très probablement de Thomas Van den Balck et peut-être aussi de Cédric De Greve - réussissent un score aussi atomique que la saison dernière au même stade, où ils s'étaient imposés... 1-5. D'autant que les circonstances font que c'est la toute grande foule qui se déplacera avenue Dupuich... Signalons aussi que Marcelo Orlando, qui pourrait aussi s'occuper de l'école des jeunes de Waterloo, sera la saison prochaine le coach du Racing.

Rebelote

Tout aussi intéressante sera l'autre demi-finale, entre une équipe louvaniste en perdition ces dernières semaines (à peine un point sur neuf) et qui évoluera sans Gregory Gucassoff et Jean Collin, mais qui devrait tout de même honorer son titre de favori du championnat, et le Dragons qui a soufflé le chaud (ce qui est normal...) et le froid cette saison, mais réussit généralement bien contre les Universitaires. Du côté anversois, on s'alignera au complet.

Détail piquant : les deux équipes s'étaient déjà affrontées il y a quinze jours sur le même terrain, et s'étaient quittées dos à dos sur le score de 4 buts partout, après un chassé-croisé mémorable. Le résultat final n'avait contenté aucune des deux équipes, les Louvanistes abandonnant à cette occasion leur première place pour permettre à Waterloo de devenir européen la semaine suivante. Une nouvelle pluie de buts ne serait pas pour déplaire au spectateur neutre, mais une demi-finale aller n'est pas souvent le théâtre d'un score-fleuve. On parie ?