Après avoir essuyé son premier revers de la saison contre le Dragons, le Pingouin doit se ressaisir dès ce week-end lors de son déplacement à l'Orée pour rester à la hauteur de ses ambitions. "Je pense que sept équipes peuvent briguer les six premières places, souligne le président, Yves Charlier. Elles occupent déjà les sept premières places." Ainsi, le Pingouin est en porte-à-faux entre les deux parties de tableau. Autant dire que ce week-end, face au "Petit Poucet" oréen, tout faux pas est exclu surtout lorsqu'on sait qu'après les Nivellois défieront le Beerschot, l'Héraklès, le Waterloo Ducks, l'Antwerp et le Léopold. "Nous ne jouons pas notre saison à l'Orée. Toutefois, revenir avec trois nouvelles unités est une obligation. La réalité mathématique est simple : en tant que septièmes, nous devons battre les équipes classées en dessous de nous tout en grappillant quelques unités aux leaders. Après quatre rencontres, je crois toujours en ce top 6 car j'ai vu une équipe qui avait fière allure."

Il est vrai que depuis le début de la saison, les Nivellois se sont souvent distingués, mais ont été trop tendres pour jouer les avant-rôles. "Nous avons une équipe soudée, homogène et jeune. Elle est capable de rivaliser avec les meilleures. En revanche, elle commet trop de péchés de jeunesse. Face à Louvain, nous menons 1-3 avant de crouler en fin de rencontre. En soi, prendre un point à Louvain est positif, mais vu le déroulement du match, j'étais déçu. Ensuite, il y eut le 3-3 face au Racing alors que nous menions 3-2. Le Racing est l'équipe qui m'a le plus impressionné en ce début de championnat. La victoire au White Star était impérative. Enfin, il y eut ce revers contre le Dragons alors que nous avons dominé le match."

Cette dernière rencontre résume l'équipe nivelloise : une équipe bien en place physiquement, animée d'une rage de vaincre, mais qui commet de légères erreurs qu'elle paye au prix fort. Son manque de réalisme en attaque face au Dragons et son incapacité à tenir un score face à Louvain ou au Racing lui ont fait perdre déjà 7 précieux points. Le fossé, qui sépare le club d'Yves Charlier du podium, est ténu mais réel. "

© La Libre Belgique 2006