Voici les résultats de cette 19e journée de championnat en Division d'Honneur.


Le Dragons s’impose en champion

Le Dragons a frappé un grand coup dans la course au titre dans un match au sommet physique face au Racing.

Dragons – Racing (2-1)

La rencontre entre le Dragons et le Racing pour cette 19ème journée de championnat en Division Honneur est une véritable répétition générale de le rencontre prévue dans deux semaines en huitième de finale de l’Euro Hockey League, à Eindhoven. Au terme de cette rencontre dominicale, si vainqueur il y a, la tête du classement pourrait être tout autre.

C’est sans round d’observation que la rencontre entre les deux premiers du classement a commencé. A la huitième minute de jeu, Florent van Aubel, à l’entrée de cercle, a envoyé un tir, qui a été arrêté par Jeremy Gucassoff. Le Racing a dominé le premier quart-temps, mais a failli en finition à plusieurs reprises. Du côté des locaux, les occasions n’ont non plus été nombreuses, mais Mimi Gucassoff a dû veiller au grain. Dans le début du deuxième quart, Thomas Briels est le joueur qui a été le plus dangereux, sans pour autant dépoussiérer les cages de Mimi. Mais il n’aura pas fallu attendre la fin du troisième quart-temps pour voir le premier but tomber, contrairement au match aller. A la 29ème minute, les Braschaatois se sont octroyé un premier pc. Alexander Hendrickx s’est chargé de la conversion par un sleep à mi-hauteur (1-0). Flo van Aubel, Thomas Vereijen, Thomas Briels et Jeffrey Thys y sont tous allés de leur tir, sans alourdir le score.

A la reprise, les hommes de Jean Willems ont à nouveau prouvé qu’ils étaient les champions en titre et dominaient ce match au sommet via leurs nombreuses tentatives. Mais la finition n’était pas au point et Mimi Gucassoff était dans un grand jour. A la 55ème minute, Thomas Briels s’est infiltré dans le cercle via le flanc droit et a permis à Flo van Aubel de dévier et d’alourdir le score (2-0). Les visiteurs se sont octroyé leur premier pc de la rencontre à l’heure de jeu, qui en a amené à un deuxième. Tom Boon s’est chargé de la transformation avec un tir en pleine lucarne (2-1). Le Racing n’a pas réussi à se créer beaucoup plus d’occasions après leur pc, Loïc Van Doren n’a eu qu’un arrêt à faire sur un tir de Sna dans les dix dernières minutes de jeu. Le Dragons a donc confirmé sa première place au classement et sa suprématie dans le championnat.

Dragons : L. Van Doren ; A. Van Doren, Hendrickx, Celis, Van Bockrijck ; Denayer, Rubens, Verheijen ; Thys, Briels, van Aubel puis Raes, Van der Putten, Luyten et Geers.

Racing : Gucassoff ; Lambeau, Harte, Van Wetter, Lootens ; S. Gougnard, Meurmans, Truyens ; Dalla Palma, Boon, Charlier puis Vanneste, Cornilie et Weyers.

Les arbitres : MM. A. Zimmer et M. Dutrieux.

Cartes vertes : 22e Van Bockrijck, 27e Truyens, 41e Harte, 58e Hendrickx.

Les buts : 29e Hendrickx sur pc (1-0), 55e van Aubel (2-0), 60e Boon sur pc (2-1).



Anne-Sophie Depauw


L'Orée prolonge en Division Honneur

Grâce à sa large victoire et à la défaite de l'Antwerp, les Bruxellois sont mathématiquement assurés de rester au sein de l'élite.

Orée – Wellington 7-3

L'Orée pouvait assurer son maintien mathématique face au Wellington. Après 25 secondes, un flick pour Callioni permettait à l'Argentin de contourner calmement Trenchs pour déflorer le marquoir. Si le Wellington provoquait sa première occasion après 8 minutes, le premier quart temps était assez terne. Il fut marqué par l'intrusion d'un petit enfant sur le terrain après 10 minutes.

A la 19e minute, Callioni voyait vert. A 10 contre 11, l'Orée manquait le break car Simar oubliait de pousser la balle. Cinq minutes plus tard, Masson, l'homme du match, remontait trop facilement le terrain pour entrer dans le cercle et inscrire le 2-0. Il venait de lancer une fin de mi-temps explosive. A la 29e minute, l'Orée forçait son premier pc. Bergner le sleepait dans le but de Trenchs (3-0). A la 32e minute, le portier du Well détournait du gant un tir cadré, mais il provoquait un pc. Il ne donnait rien. A la 34e minute, de Paeuw ponctuait une action collective (4-0). Sur le buzz, le Well revenait sur son premier pc grâce à Kotulski (4-1).

Après la pause, l'Orée aurait pu alourdir sévèrement le score, mais le club de Dekeyser touchait la transversale et le poteau. Malgré tout, Moretto ponctuait une action collective à la 50e minute (5-1).

Le 4e quart temps ne présentait plus aucun suspense. Sur une déviation de pc, Baudoncq réduisait le score à la 55e minute. Callioni était mis au tapis à la 57e minute. Monsieur Michielssen n'hésitait pas à accorder le stroke. Dekeyser l'envoyait dans le plafond alors que Trenchs était parti du bon côté. A l'heure de jeu, Bergner envoyait en profondeur Dekeyser. A la minute suivante, Callioni se faisait plaisir (7-2).

A la 65e minute, l'Orée héritait d'un nouveau pc qui était mal stoppé. Le Well obtenait encore un pc à 3 minutes de la fin. Gillardin le marquait.

Le Well arrêtait les frais à 7-3 et évitait donc les 100 buts encaissés. Pour l'heure, le Well en a encaissé 98. L'Orée est mathématiquement assuré de son maintien grâce à la défaite de l'Antwerp et à son succès contre le Well.


Orée : Flamand ; Bigare, Delavignette, Bergner, Solano ; Masson, Robyns, de Paeuw ; Dekeyser, Callioni, Simar ; Puis Moretto, Robbrecht, T'Serstevens, Fabri, Freyling

Wellington : Trenchs ; Van Crombrugge, Gillardin, Diederichs, Lacourt ; Cayphas, Michielssen, Bull, Nunez ; Pierrard, Dabin ; Puis Amzel, Kotulski, Van Haelen, Baudoncq, Masset.

Arbitres : MM. S. Michielsen et T. Hennes

Cartes vertes : 19e Callioni, 37e Diederichs, 51e Robbrecht

Les buts : 1re Callioni (1-0), 25e Masson (2-0), 29e Bergner sur pc (3-0), 34e de Paeuw (4-0), 35e Kotulski sur pc (4-1), 50e Moretto (5-1), 55e Diederichs sur suite de pc (5-2), 57e Dekeyser sur stroke (6-2), 60e Callioni (7-2), 68e Gillardin sur pc (7-3).



Thibault Vinel


L’Héraklès passe complètement à côté de son match

Après la superbe victoire face au Watducks la semaine dernière, c’est avec le statut de favori que l’Héraklès aborda ce match contre Louvain, qui n’a plus rien à jouer cette saison. Ce fut pourtant les Universitaires qui lancèrent les hostilités dès la 3ème minute sur penalty. Pangrazio sur rebond ouvrit ainsi la marque sur la première occasion du match. Hormis un deuxième penalty quelques minutes plus tard, ce fut d’ailleurs le seul fait marquant du premier quart temps. Après le premier break, les Universitaires allèrent confirmer leur excellente forme du jour par Degroote qui, très bien servi par Pangrazio, inscrivit le deuxième but de la rencontre. En face, l’Héraklès fut d’une étonnante maladresse même si Smith parvint à réduire l’écart peu de temps avant la pause, sur l’un des rares occasions lierroises.

Mais dès la reprise, Les Universitaires rétablirent l’écart à deux buts par Pangrazio, visiblement en grande forme ce dimanche (1-3). L’Héraklès retrouva néanmoins un meilleur niveau et parvint à proposer un jeu plus offensif. A la 49e, Smith sur une splendide passe de De Kerpel, se trouva en face à face avec Schoo Ians. Le joueur ne trembla pas et gagna son duel, relançant ainsi son équipe. Malgré son but d’avance Louvain perdit confiance et se fit peur à plusieurs reprises. La pression monta d’un cran dans le dernier quart mais l’Héraklès ne parvint finalement pas à trouver la faille pour revenir à égalité. Les Lierrois se firent même surprendre à la 62e minute, lorsque Garcia dévia admirablement un shot de Degroote. Définitivement à l’abri, Louvain alla même inscrire un dernier but dans les secondes qui suivirent par Maraite, qui n’eut qu’à pousser la balle dans le but. Cette surprenante défaite de l’Héraklès reste toutefois sans conséquence puisque le Léo s’est également incliné ce dimanche au Braxgata. La rencontre de la semaine prochaine entre les deux équipes vaudra sûrement le détour.

Héraklès : Timmermans, Leclef, Reckinger, Legrand, De Kerpel, Keusters, M. Donck, Smith, Child, Le Paige, Hens puis Huybrechs, Vazquez, Struyf, Da Costa, Van Stratum.

Louvain : Schoo Ians, Romeu, Lockwood, T. Willems, Moreno, Santana, Sanchez, L. Willems, Lopez, Garcia, Pangrazio puis De Groote, Maraite, Dallons, Weyers, Georgis.

Les arbitres : M. S. Duterme et Mlle C. Martin-Schmets

Cartes vertes : 4e Lopez et 65e M. Donck

Les buts : 3e Pangrazio sur rebond de pc (0-1), 23e Degroote (0-2), 30e Smith (1-2), 38e Pangrazio (1-3), 49e Smith (2-3), 62e Garcia (2-4), Maraite (2-5).


Arnaud Martin


Un enterrement de première classe

Antwerp - Beerschot 1-3

Amenez les oeillets et les chrysanthèmes : l'Antwerp se prépare à descendre en Division 1, 10 ans après son premier titre de l'après-guerre. Même s'il manque un point pour que ce soit mathématique, plus personne à Sint-Job ne se fait la moindre illusion. Un enterrement de première classe pour cette équipe que l'on pouvait imaginer dans le play-off après l'annonce de la venue du milieu-milieu de l'équipe nationale hollandaise... avant d'apprendre qu'il n'était pas qualifié, suite à une erreur administrative.

La descente prenait forme depuis un petit temps déjà. Depuis sa victoire contre le Braxgata, l'Antwerp avait aligné 0 sur 12. La venue du Beerschot, repu depuis la semaine précédente et sans Rossi parti enterrer sa maman en Argentine, semblait être une ultime planche de salut. Hélas pour les Campinois, ils n'ont jamais pu la saisir, ni même donner l'impression qu'ils le pourraient.

Dès le coup d'envoi en effet, ce sont les Ours qui distribuèrent les cartes. Ibarra força un premier pc après moins d'une minute, mais Gryspeerdt sauva le rebond de Paton. Par contre, il dut s'incliner lorsque Mortelmans, totalement isolé, se trouva comme à la parade à la réception d'un travail de Verhoeven (0-1). Cela commençait mal pour l'Antwerp et Gryspeerdt dut sauver un deuxième pa de Michel Van Rysselberghe (les deux tireurs habituels étaient sur le banc au même moment) avant de voir Russell, inexistant tout le match, dévier dans sa lucarne un centre de Paton (0-2). Sans une intervention de Gryspeerdt devant Perez, le marquoir aurait même pu afficher 0-3 au repos.

Changement de décor à la reprise lorsque Delàs, qui se battit avec l'énergie du désespoir tout le match, reprit rageusement une balle repoussée par la défense (1-2). Le combat ne changea pas d'âme pour autant, David Van Rysselberghe passant une de ses après-midi les plus paisibles depuis qu'il joue en DH. Au contraire, sur un contre de Harrison Peeters, Perez arriva trop tard à la 42e pour faire 1-3.

Deux pc du Beerschot furent encore inefficaces, Gryspeerdt sortant le grand jeu devant Doherty alors que Perez expédiait une phase à côté. Mais à quatre minutes de la fin le rideau tomba définitivement lorsqu'une superbe combinaison Paton-Ibarra-Perez fut conclue par "Tchnit" pour expédier l'Antwerp avec armes et bagages en D1 (1-3).

Antwerp : Gryspeerdt, van Valburg, Machtelinckx, Peremiquel, Russell, van Wanrooij, Delàs, Corthouts, J. Briels, G. Stockbrockx, Th. Stockbroekx, puis Nelis, Sax, Boschman, Groen et Dewinter.

Beerschot : D. et M. Van Rysselberghe, De Sloover, Doherty, Bourg, H. et M. Peeters, Verhoeven, Nelen, Paton, Perez, Ibarra, puis Mortelmans, Goudsmet, Bourg et S. Van Strydonck.

Arbitres : MM. N. Benhaiem et M. Pontus.

Cartes vertes : 45e Briels, 46e M. Van Rysselberghe.

Carte jaune : 67e Briels.

Les buts : 6e Mortelmans (0-1); 26e Russell c.s.c. (0-2); 36e Delàs (1-2); 66e Perez (1-3).


Jean-François Jourdain


Les molenbeekois sortent leur Dar et surprennent les canards

Les bruxellois, solidaires, sont venus à bout des canards trop passifs dans une rencontre pourtant importante pour la fin de leur championnat.

Le premier quart temps de la rencontre ressemblait fortement à un round d’observation. Les deux équipes se montraient plutôt timides et ne prenaient aucun risque défensif. C’est cependant le Daring qui se montrait le plus dangereux. A la troisième minute de jeu, Oleastro dribblait tout le terrain avant de passer la balle à Van Linthoudt isolé dans le cercle. Ce dernier buttait sur un Vanasch attentif. Après 10 minutes de jeu, Hermans se montrait entreprenant et obligeait le portier waterlootois à sortir les gants. Après un long débordement sur le flanc gauche, il armait son shot revers, trop lent pour inquiéter le gardien des Ducks. La, ou je devrais dire les premières actions dangereuses pour le Wat venaient après 11 minutes de jeu. Les Canards obtenaient trois pc consécutifs, mais aucun ne trompait la défense molenbeekoise.

Le deuxième quart temps était à l’image du premier. On y voyait un Watducks très patient et peu entreprenant face à un Daring qui tentait tant bien que mal à se créer des occasions. A l’inverse du premier quart, c’est maintenant les locaux qui se montraient les plus dangereux. D’abord via Ghislain qui armait un shot revers montant bien sorti par le gardien. Ensuite, les hommes de De Greve se voyaient accorder un pc pour une faute volontaire de Van Linthoudt dans les 25. Charlet sleepait à pleine puissance, mais Uher, sorti comme une flèche défendait à lui seul le but molenbeekois. Le Watducks montait tout doucement en puissance dans cette rencontre où les spectateurs avaient très peu d’actions à se mettre sous la dent.

C’est sur un tout autre rythme que les deux équipes revenaient des vestiaires. En deuxième période, l’intensité de jeu augmentait au fur et à mesure que les minutes passaient. Dès la 37e minute de jeu, Panchia, bien servi par Dohmen se retrouvait seul face au gardien. D’un flat revers, il voyait sa balle filer dans le goal d’un gardien battu. Tout le monde pensait alors voir le Wat ouvrir la marque, mais c’était sans compter sur le retour défensif de Brunet qui du bout du stick déviait la balle hors cadre. Il n’aura fallu attendre que quelques instants pour voir la réponse du Dar. Wegnez, en pleine forme, récupérait la balle au milieu de terrain et s’en allait ensuite déborder avant d’obtenir un pc, décisif pour les visiteurs. Uher prenait ses responsabilités et envoyait son sleep à plat côté gant. Le stop-line ne parvenait pas arrêter cet obus qui fila dans les filets de Vanasch (0-1).

Les visiteurs surprenaient directement leurs adversaires après le mini-break. C’est Geoffroy Cosyns qui alourdissait le score d’un but tout droit venu d’une autre planète. L’attaquant molenbeekois se faisait le plaisir de dribbler consécutivement Dhomen, Van Mark et Charlet avant de pousser la balle au fond de la cage d’un dribble aérien. Un goal d’une classe internationale. Derrière de deux buts, les canards devaient absolument réagir et vite ! Et c’est exactement ce qu’ils faisaient sur pc, via Boccard (1-2). Le match s’accélérait et les esprits commençaient à se chauffer. Notamment celui du coach qui écopait d’une carte jaune pour rouspétance. A quatre minutes de la fin, Tanguy Cosyns venait plier définitivement le match d’une superbe combinaison avec Van Linthoudt .T. Cosyns avait tout le temps de déposer la balle dans le goal, le gardien ayant été dribblé par les deux hommes. Une victoire surprise des bruxellois, mais largement méritée vu l’ensemble du match.

Watducks : Vanasch, De Saedeleer, Boccard, Dohmen, Charlet, Cabuy, Dumont, Panchia, Ghislain, Van Lierde, Kina, puis L. Capelle, Masso, Hilton, Van Mark, Penelle.

Daring : Masset , Brunet , Enrique, Uher, Oleastro, Wegnez, Woods , T. Cosyns, Dierckens, Saladino, Van Linthoudt, puis Hermans, Dyckmans, G. Cosyns, Mesa.

Arbitres : MM. G. Uyttenhove et X. Voet.

Cartes vertes : 34e Cabuy, 63e Saladino, 64e Dohmen.

Cartes jaunes : 65e De Greve, 67e Hilton.

Buts : 44e Uher sur pc (0-1), 55e G. Cosyns (0-2), 58e Boccard sur pc (1-2), 66e T. Cosyns (1-3).



Titouan Marichal


Le Léo se mord les doigts, le Brax se rassure

Avec cette victoire, le Braxgata a quasi assuré son maintien. Le Léopold voit le play-off s’éloigné encore un peu.

Braxgata – Léopold 2-1

Le Braxgata se procurait une très grosse occasion dès l’entame de match. Robinet tirait à bout portant très proche de Romain Henet. Le portier du Léo réduisait bien l’angle. Ensuite, le Léopold bénéficiait largement de la possession de balle. Les Rayés rouge et blanc étaient récompensés. Suite à un superbe mouvement entre Turner et A. Verdussen, les Ucclois obtenaient un pc. Un pc converti par Max Plneevaux. La réaction du Brax était timide. Mc Aleese tirait dans un angle très fermé, dans le petit filet. Au quart d’heure, Zimmer semblait récupérer la balle du pied, mais l’arbitre ne disait rien. Zimmer donnait à J. Plennevaux dont le tir heurtait le piquet. Juste avant la fin du premier quart, les Boomois perçaient tout le terrain en trois passes dans l’axe. Inglis était à la déviation pour l’égalisation. « Un de nos plus beaux buts de la saison », confiait Patrick Goldberg.

Au début du second quart, Thiéry recevait une carte verte. Dans la foulée, les Anversois recevaient un p, mais Lupyaert envoyait la balle au-dessus de la cage de Henet. La suite de du deuxième quart était un peu moins animée. Les deux équipes se procuraient une demi-occasion chacune avant que les hommes de Goldberg n’obtiennent un nouveau pc (le Léo réclamait une faute au départ de la phase), cette fois-ci converti par Luypaert. Henet avait pourtant dévié la balle du stick. Juste avant cela, les Ucclois avaient réclamé un pc en leur faveur, en vain. Au coup de sifflet pour le repos, les joueurs du Léopold étaient furieux contre l’arbitrage et la moitié des joueurs y allaient de leur commentaire auprès des hommes en jaunes.

A la reprise, le Léopold obtenait quasi directement un pc. Ce dernier était mal stoppé mais Poncelet recevait quand même la balle avant de la pousser de manière trop faible sur Verhoeven. Dans la foulée, Cuvelier partait de l’arrière et traversait le terrain dans l’axe sans être attaqué. Le médian cédait la balle à A. Verdussen dont le tir passait à côté. Proche de la 50e minute, les Bruxellois obtenaient deux pc à la suite, mais M. Plennevaux manquait deux fois son geste. Juste avant la fin du troisième quart-temps, M. Plennevaux provoquait un sixième pc. Les hommes de Bessel tentaient une phase subtile, mais cela finissait une nouvelle fois sur le poteau de Verhoeven.

En début de dernier quart, Thiéry armait une frappe qui passait à côté. Dans son geste, le stick de Thiéry touchait le visage de Hannes, qui devait quitter le terrain la tête en sang (avant de remonter plu tard). M. Plennevaux flickait au-dessus du but. Le Brax obtenait un pc cadeau mais n’en profitait pas. Sur son septième pc, le Léo manquait de nouveau son stopping. J. Plnnevaux recevait une carte verte et Eaton la jaune. A cinq minutes du terme, le Léo, toujours en infériorité, retirait son gardien. Max Plennevaux s’élançait face au gardien mais butait sur ce dernier. De l’autre côté, Robinet était à quelques centimètres de tuer le match. Le Léo obtenait un 8e pc qui ne donnait rien. La fin de partie était complètement folle, mais le score n’évoluait plus. Avec la défaite de l’Antwerp, le Brax fêtait un maintien quasi assuré. Le Léo se mordait les doigts. Il faudra presque un miracle pour que les Ucclois soient dans le play-off.


Braxgata : Verhoeven, Mc Aleese, Lupaert , Hannes, Clément, Kleynjans, Adriaensen, Fareed, Brouwer, Robinet, Inglis puis Loots, Dubois, Bieckens, Coppers, Van Dam.

Léopold : Henet, Poncelet, Van Strydonck, J. Verdussen, Zimmer, Thiéry, Cuvelier, M. Plennevaux, Turner, A. Verdussen, Lemaire puis J. Plennevaux, Dupont, De Trez, Eaton.

Les arbitres : MM. N. Steiner et R. Tinant.

Cartes vertes : 5e Robinet, 19e Thiéry, 61e J. Plennevaux.

Carte jaune : 63e Eaton.

Les buts : 10e M. Plennevaux sur (0-1), 16e Inglis (1-1), 32e Lupyaert sur pc (2-1),



Boris De Vaere