Hockey Hockey en salle Les joueurs se donnent maintenant rendez-vous le 10 janvier pour la suite des hostilités.

Après la première session du matin, le Léopold avait réussi la bonne affaire en se plaçant 1 point devant le White Star. Cela a failli être une situation définitive car le White est tombé devant un Pingouin combatif et n’a dû son salut qu’à un Simar à nouveau décisif : jusqu’à 3 minutes du terme, les Everois étaient menés 2-3. Il faudra un dernier pc, alors que le temps de jeu était écoulé, pour arracher la victoire.

Par contre, dans la rencontre suivante, c’est le scénario inverse qui se déroulait : le White était en tête à la 37e minute, sur un pc de Simar (il aura augmenté son capital buts de 7 ce dimanche). Bertrand et Ghislain, deux autres spécialistes des situations désespérées, renversaient la vapeur. "On n’est pas constants, on n’arrive pas à placer nos joueurs et finalement le jeu est débridé, avec un jeu de ping-pong", constatait Hugo Benhaiem, le coach everois. Le White Star repassait en tête du classement avec 2 points d’avance sur le Léopold.

Le Racing patine

Après une victoire 0-1 sur le Pingouin, un petit but de Truyens, le Racing comptait bien renouer le contact avec la tête. Le Watducks en a décidé autrement et a joué avec une intelligence rare. Mené 0-2, le Wat est revenu gentiment en utilisant ses armes favorites, la contre-attaque. Avec des buts de Wilbers, Bertrand et Van Oost, il a humilié le Racing toujours à la recherche de son hockey flamboyant.

Le Wat revient dans le top 4 en dépassant une Gantoise qui est revenue bredouille. Dans le bas du classement, Namur a dépassé l’Amicale Anderlecht : leur confrontation directe a tourné à la confusion de ce dernier. Et le Pingouin a joué de malchance en étant battu d’un seul but dans ses deux rencontres. Les trois dernières journées de championnat seront serrées. Rendez-vous le 10 janvier.Philippe Demaret