Le début de la rencontre était très équilibré. Le Racing rendait coup pour coup et poussait, mais l’arrière-garde Van Strydonck-Charlet était intraitable.

De manière générale, les défenses prenaient souvent le pas sur les attaques, ce qui amenait peu d’occasions.

Tout à la fin du premier quart, il y eut pourtant une très chaude alerte devant le goal de Vandenbroucke, via un très remuant Weyers.

Nicolas Dumont donnait de l’air à son équipe via un fort beau but : après avoir éliminé deux adversaires, il battait Pierre d’un tir croisé.

Le Racing accusa le coup, mais tenta très vite de se relancer en ne lâchant rien.

Il perdit sa concentration en contestant quelques décisions arbitrales. Les Verts tentaient de mettre le stick sur la balle en restant attentifs aux reconversions rapides des Rats.

Il ne manquait au Racing que la justesse dans le dernier geste. Dès la 2e mi-temps, les locaux continuaient à pousser mais ils ne purent tirer profit de 2 pc.

Ils ne lâchaient rien mais se heurtaient à la remarquable organisation défensive visiteuse. À quelques minutes de la fin, Dumont décidément dans tous les bons coups doubla l’avance.

De l’avis des locaux, les Rats avaient réalisé leur meilleur match de la saison.

Jean Willems, coach du Watducks, se montra très sévère avec son équipe : "Ce fut un match compliqué mais on le savait. Nous n’avons pas bien joué, notamment dans nos reconversions où il y avait trop de déchets techniques. Nous venons de jouer deux rencontres de haut vol (à l’Orée et contre le Dragons), je peux comprendre une certaine décompression… Nous avons joué à 80 % seulement, pour être dans le top 4, nous devons être à 100 %. Mais il est important de gagner en jouant mal."