ENTRETIEN

Paul Van Laethem, le Waterloo Ducks est en tête avec 6 points sur 6. Une bonne surprise pour une équipe qui avait dû lutter pour son maintien la saison dernière...

En effet, mais restons raisonnables : nous avons deux fois arraché la victoire dans les dernières minutes. Nous avons deux fois dominé les débats, mais on pouvait espérer mieux dans la manière. Cela dit, des scores plus plantureux auraient peut-être eu un effet néfaste sur la concentration des joueurs!

Une équipe qui marque deux fois en fin de match possède une bonne condition physique?

Je crois en effet que c'est une clé de notre succès : nous sommes physiquement au point. Cela n'a pourtant pas été facile à gérer avec plusieurs internationaux juniors qui devaient récupérer du championnat d'Europe à Lausanne, puis Maxime Luycx et Xavier Brooke qui sont également sollicités par l'équipe nationale A.

Le Waterloo Ducks a toujours eu des liens privilégiés avec l'Australie. Cette année, ils sont nombreux. Quel est exactement leur apport?

Ben Taylor était en Belgique lors du premier match mais ne jouera plus: il ne figure pas sur la liste des 22 joueurs que nous devions remettre le 30 septembre. Paul Gaudoin n'est pas encore arrivé. Et dimanche dernier, Scott Webster souffrait d'un torticolis, de sorte qu'il n'a pas eu son rendement habituel. Actuellement, c'est donc Aaron Hopkins qui nous a apporté le plus. C'est un joueur qui me fait penser à Richard Redfearn, mais en plus technique et en plus fin.

Ce qui est certain, c'est que leur présence permet aux autres joueurs de jouer moins stressés et d'avoir moins de pression. Et par un effet de vases communicants, notre équipe réserve se porte mieux, elle aussi...

Quel est exactement le statut de vos Australiens?

Scott Webster étudie le droit à la VUB dans le cadre du programme Vesalius et travaille dans un bureau d'avocats international le reste du temps. Hopkins est ce qu'on pourrait appeler un pro du hockey, mais chez nous il ne touche pas de rémunération pour ses prestations sur le terrain. Le hockey reste un sport amateur...

Le bruit court que tous ces joueurs repartiront lors de la l'interruption hivernale. Est-ce exact?

L'équipe nationale australienne, dont ils font partie, joue des test-matches contre les Pays-Bas au mois de janvier et leur coach aimerait bien en disposer. Le tout est de voir s'ils iront ensuite disputer la National League, donc le championnat australien, ce qui leur permettrait d'être plus en vue par rapport à leur coach national.

Votre avis sur le championnat?

A part le Relax qui semble un cran en dessous, apparemment tout le monde a sa chance de battre tout le monde dans un bon jour. Le maintien pourrait, finalement, se jouer à très peu de points près. Dans ces conditions, nous ne pouvons que nous réjouir de comptabiliser déjà six unités.

© Les Sports 2002