Le Well méritait mieux!
© Jean-Luc Flémal

Hockey

Le Well méritait mieux!

Jean-Claude Crustin

Publié le - Mis à jour le

UCCLE Après cinq minutes de jeu, un coup franc fut fort bien distillé par Ph. Goldberg et il trouva J. Collin à la reprise pour battre Versteegh (0-1) qui, deux minutes plus tard dut encore sortir devant Pecher. Le match était lancé mais on crut l'égalisation acquise quand la balle pénétra dans le but des visiteurs. J-F. Stappaerts jugea que la balle n'avait été déviée dans le cercle par aucun attaquant local. Ensuite, De Saedeleer dut contrer Ruytinx lancé au beau milieu de la défense anversoise.

Le 1er pc local tomba au quart d'heure de jeu mais le tir puissant de G. Garreta fut impeccablement bloqué par le gardien visiteur comme cela allait encore être le cas par la suite sauf à deux reprises. Cependant, à la 20e min., De Saedeleer dut utilement être doublé par Th. Collin sur une tentative de Ruytinx. Le Beerschot allait réussir à doubler l'écart quand Pecher attira Versteegh hors de son but pour ensuite ouvrir vers G. Hertoghe qui ne se fit pas prier pour conclure (0-2). Rien n'était encore dit, loin s'en faut, d'autant plus que juste avant la demi-heure de jeu, à l'occasion du second pc wellingtonien, G. Garreta faisait afficher 1-2 au marquoir du stade.

Après le repos, les Bruxellois poussèrent sur le champignon pour, en l'espace d'un quart d'heure, récolter trois nouveaux pc; le dernier rempart anversois plia mais ne rompit point.

En cette seconde période, le Beerschot éprouvait beaucoup de difficultés pour accéder au cercle adverse alors que le jeu restait fort tendu mais toujours dans les limites de la plus stricte correction malgré de nombreux duels de sticks... où les frères Garreta étaient placés sous haute surveillance. Seul un effort personnel de De Decker éclaircissait quelque peu le ciel anversois mais cet essai s'éteignit dans l'oeuf.

A l'heure de jeu, ce qui devait arriver arriva : G. Garreta, à nouveau sur pc, propulsait imparablement la balle dans la lucarne gauche (2-2). Se dirigeait-on vers un partage? Non, car à quatre minutes du coup de sifflet final et après un tir d'A. Hertoghe au-dessus de l'objectif, Pecher tentait un centre-tir en revers, la balle montait quelque peu et G. Hertoghe surgissait pour faire basculer le succès dans le camp visiteur puisque l'arbitre Stappaerts n'hésitait pas une seconde pour valider le point.

Comme on peut sans douter la déception était grande dans le camp local où les frères Garreta laissèrent éclater leur mécontentement à l'adresse de l'arbitrage. Dure, dure la vie d'artiste! Fred Collignon (Bee) avouait à la rentrée aux vestiaires que cette partie était difficile à arbitrer.

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous