Les Gantois n’ont pas volé la salve d’applaudissements qui a salué leur prestation. Si la première mi-temps les a vus, comme le signalait Pascal Kina avant la rencontre, manquer d’expérience de temps à autre, ils ont, par la suite, fait preuve de caractère pour décrocher la victoire. Dès la deuxième minute de jeu, Paton avait pourtant tiré un coup de semonce à quelques centimètres du montant droit du but de Moraux. Il restait cependant sans suites immédiates. Les Ucclois n’étaient pas davantage productifs, mais ils étaient plus à leur affaire dans la circulation de balle. Le 2e pc de Tom Boon (le premier n’ayant pas été bloqué) fit mouche (0-1), et donnait une avance méritée aux visiteurs. La première occasion de la seconde période revint également à Paton qui échouait sur Moraux. Dans la foulée, le pc de Reid-Ross rétablissait l’égalité (1-1). En réponse, Tom Boon faisait à nouveau parler la poudre. Après avoir touché le poteau de Walravens sur le 3e pc ucclois, c’est à ras de sol et dans la lucarne gauche qu’il logeait les deux suivants (1-3) à 120 secondes d’intervalle. Bénéficiant des facilités des frères Vandeweghe pour provoquer des pc, Reid-Ross remit illico son équipe sur les rails (2-3). Ses deux tentatives suivantes échouèrent sur Moraux et sur le sorteur ucclois. Le vent avait tourné. Reid-Ross feintait sur le sixième pc gantois et Paton trouvait les filets de Moraux (3-3).

Il restait alors 5 minutes de jeu. Une nouvelle phase de pc gantoise trompa Moraux, mais termina au-dessus de son cadre. A deux minutes du terme, Nelen reprit de volée une balle qui lui venait sur la poitrine à un mètre de la ligne de but, sans pardon pour le gardien ucclois (4-3).

Vincent Van Gucht n’avait rien à reprocher à ses joueurs, regrettant seulement que la balle n’ait pas davantage roulé pour eux: "Gand a joué plus haut en seconde période. Ils ont récupéré de meilleures balles, et sont donc parvenus à forcer des pc." Pascal Kina expliquait le changement de visage de son équipe: "Nous avons entamé le match avec beaucoup de stress. Nous nous sommes relâchés après. On a plus joué avec les tripes. Ce n’était pas toujours beau, mais c’est mérité. Nous sommes encore parfois trop mous dans les duels, mais c’est l’expérience qui apporte cela, et on l’acquiert sur le terrain. C’est une victoire importante pour nous. Nous n’avons pas les qualités pour jouer le top, mais tout ce qu’il faut pour se maintenir."