La douche froide", c’est ce que nous titrions lundi, après la défaite (4-3) de l’équipe nationale contre l’Argentine dans une finale au dénouement dramatique. Une défaite aux conséquences lourdes, puisqu’elle prive nos Lions d’une présence à la Coupe du Monde de hockey.

Le hockey (belge, du moins) n’étant pas le football, ce genre de contre-performance n’entraîne pas de réaction enragée de la presse ou des supporteurs réclamant la démission du coupable tout désigné: le sélectionneur. Au contraire, sous son égide, les Red Lions ont enregistré de sérieux progrès et se sont affirmés comme une puissance montante du sport à la crosse. Adam Commens revient sur l’épisode de dimanche: "Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que nous avons mal joué. J’affirme même qu’il s’agissait de notre meilleur match de la semaine. Pendant 45 minutes, nous avons évolué à notre meilleur niveau. Simplement, l’Argentine a marqué une fois de plus que nous, en jouant rapidement et intelligemment". Auteurs de 24 buts tout au long de la semaine, les attaquants n’ont pas déçu l’Australien, lui qui les qualifiait de "pas assez réalistes" avant le début du tournoi. "J’ai noté une amélioration", dit-il. "Dimanche, sur 6 ou 7 occasions, on en rentre 3. Les Argentins, avec le même nombre de tirs au but, ont inscrit 4 goals".

Quels furent alors les éléments constitutifs de la débâcle de dimanche? Car une équipe qui encaisse 3 buts en 17 minutes alors qu’elle mène 1-3, ne peut se retrancher derrière le seul manque de chance: "Dans ces moments-là, le stress, l’inexpérience, peuvent avoir une influence capitale". L’inexpérience, parlons-en! Une fois leurs études terminées, ils sont légion à ne plus pouvoir mener de front boulot et équipe nationale, laissant la destinée de l’équipe à des joueurs certes talentueux, mais sans le bagage nécessaire pour les moments difficiles. Adam se veut pourtant rassurant: "A part Loïc Vandeweghe, tout le monde a en ligne de mire les JO de 2012". Ouf! on aura donc une équipe en pleine force de l’âge si on se qualifie! Et alors que le souvenir de Manchester refait surface, Adam Commens tient à nous dire qu’il ne quittera pas le navire: "Mon avenir est avec la Belgique, aux prochaines olympiades. La fédération, les joueurs, et moi, nous sommes fixés un objectif, sur lequel reste rivée toute mon attention".