Les Rats, maîtres de la contre-attaque
© Philippe Demaret

Hockey

Les Rats, maîtres de la contre-attaque

William Matgen

Publié le - Mis à jour le

Déjà vainqueur du Beerschot, jeudi soir, le Racing entendait clôturer en beauté une semaine capitale dans la lutte pour le play-off. Face à des Waterlootois comptant le même nombre de points à l’aube du coup d’envoi, les Bruxellois se sont rapidement engagés sur la voie du succès grâce à un pc inscrit très tôt par Boon. Un but synonyme de tournant du match selon Cédric Charlier : "En menant vite au score, nous avons eu le loisir de laisser venir notre adversaire pour mieux le surprendre en contre. Si nous avons bénéficié d’une dose de chance, à certains moments, nous aurions dû tuer le match bien plus tôt."

Assommés par l’insolente précision de Boon sur pc, les Ducks mirent une dizaine de minutes à prendre le jeu à leur compte. Mais alors que les visiteurs s’étaient enfin installés aux abords du cercle du Racing, ils durent se retourner, une seconde fois, après que le très remuant Charlier eut ridiculisé la défense brabançonne pour mettre J. Truyens sur orbite (2-0). Les ailes coupées, les Canards se contentèrent d’attendre le repos sans prendre de risques.

La seconde période reprit sur les chapeaux de roues, les occasions s’enchaînant d’un côté comme de l’autre. Si Charlier croisa trop sa frappe, Rey bloqua sur la ligne de but un pc d’A. De Saedeleer. Pour Chouchou, ce ne fut que partie remise, puisqu’il relança ses troupes en trouvant le petit filet de la cage de J. Gucassoff (2-1, 53e).

Les conséquences de cette réduction ne se firent pas attendre, le siège du cercle local s’intensifiant de manière exponentielle. Néanmoins, l’arrière-garde noire et blanche, emmenée par M. Garreta, ne pliait pas. Tandis que les minutes s’égrenaient à un rythme effréné, les joueurs de Waterloo commençaient à confondre vitesse et précipitation. Charlier profita de la perte de patience waterlootie pour sceller l’issue de la rencontre, suite à une frappe de classe mondiale dans la lucarne.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous