Belgique - Russie 9-2

Belgique : L. Van Doren, Boccard, A. Van Doren, Luypaert, Hendrickx, Denayer, Gougnard, Wegnez, van Aubel, Boon, Briels, puis .Dohmen, Charlier, De Sloover, Kina et De Kerpel

Russie : Ozherelev, Proskuriakov, Lepeshkin, Matkovskiy, Fattakhov, Artemov, Khairullin, Kuraev, Loginov, Borisov, Zalmutdinov, puis Golubev, Nadyrshin, Solobevskiy, Arusiia, Starienko et Skiperskiy.

Arbitres : MM. S. Edwards (Ang) et D. Rodriguez (Esp)

Carte jaune : 36e De Sloover..

Les buts : 1e van Aubel (1-0); 8e Hendrickx sur pc (2-0.; 10e De Kerpel (3-0); 13e Hendrickx sur pc (4-0); 27e Kina (5-0); 30e Nadyrshin sur pc (5-1).et van Aubel (6-1); 41e Boon sur pc (7-1); 43e Kuraev (7-2); 54e Hendrickx sur pc (8-2); 56e Briels (9-2)

Au coup d'envoi, Nico De Kerpel, rétabli, reprend la place de Sebastien Dockier alors que, surprise, c'est Loïc Van Doren qui débute dans la cage belge.

33 secondes s'écoulent et les Red Lions prennent déjà l'avantage ! Une longue balle d'Arthur Van Doren, un contrôle de Thomas Briels et un centre en retrait pour Florent van Aubel, et le tour est déjà joué (1-0). Un départ de rêve !

Après 4 minutes, Tom Boon envoie un revers qui s'écrase sur le montant. A la surprise générale, l'arbitre espagnol siffle goal mais les Russes contestent évidemment à la vidéo et peuvent dégager. Les vagues belges continuent à déferler vers le but de Ozherelev, les Reds obtiennent vite un premier pc que Hendrickx transforme (2-0). La balle est à peine remise en jeu que les Lions obtiennent un coup franc en bord de cercle. Florent van Aubel jongle un peu et sert idéalement Nico De Kerpel qui volleye et fête sa rentrée par un but (3-0)

Comme on dit si bien en flamand, les Belges n'ont visiblement pas l'intention de laisser pousser l'herbe sur le terrain et continuent à déferler. Deuxième pc, sauvé à grand-peine par Ozherelev, puis une nouvelle triplette de pc conclue finalement par Alexander Hendrickx (4-0). Il n'a fallu que 13 minutes aux Red Lions pour forcer la porte des demi-finales. Si ça n'est pas une réaction de fierté, ça y ressemble nettement !

Les Russes ont le bon goût de répliquer par un tir venimeux de Kuraev, mais Loïc Van Doren le met en corner. Entre-temps Dohmen reprend part au jeu.

Les Belges enlèvent le pied de l'accélérateur en début de deuxième quart-temps, ce qui permet aux Russes de mener quelques incursions, montrant qu'ils maîtrisent quand même un petit peu le hockey, Van Doren doit ainsi écarter un tir à bout portant de Sobolevskiy. Les Lions forcent entre-temps un 6e corner, mais la variante avec De Sloover ne donne rien. Il ne faut pas s'endormir cependant, car si 4-0 c'est bien, 4-1 n'offrirait pas de certitude mathématique - même s'il faudrait un cataclysme dans l'autre match pour que cela ne suffise pas.

A la 26e minute les Russes réclament à tort un pc (la balle était sortie) et perdent leur droit d'appel à la vidéo. Mieux, sur une longue passe tranchante de De Sloover, Antoine Kina arme un revers assassin pour atteindre le score de forfait. Un but d'une limpidité cristalline (5-0).

A 30 secondes du repos les Russes obtiennent un premier pc et Nadyrshin réduit l'écart, preuve que les Rouges ne baissent pas les bras (5-1). Mais la balle est à peine remise en jeu depuis 20 secondes que les Belges reprennent l'avance sur un travail de Gougnard conclu par van Aubel (6-1).

A la mi-temps les Red Lions ont donc déjà rempli confortablement leur mission et peuvent envisager des doubles chiffres. Ils ne battront pourtant pas le record de buts inscrits contre le Portugal en avril 2013 à Saint-Germain-en-Laye...

La deuxième mi-temps commence par un deuxième pc russe à la 33e minute. Arthur Van Doren sauve du stick, mais l'arbitre espagnol siffle stroke... avant de se raviser et de reprendre par un dégagement pour jeu dangereux !

La partie a perdu un peu de son sel. A la 36e une faute de De Sloover dans le cercle est sanctionnée d'un pc, alors qu'un stroke semblait s'imposer. Mais le Courtraisien écope bien d'une carte jaune. Le pc de Loginov est sauvé par Loïc Van Doren. L'infériorité numérique n'empêche pas les Belges d'attaquer, ainsi Kina déborde à droite et centre en retrait pour Boon dont la reprise échoue juste à côté. Trois minutes plus tard rebelote, contre-attaque hyper rapide ave Kina qui sert Boon démarqué... et c'est sur le montant cette fois. Pas de chance pour le sociétaire du Léo qui a déjà deux fois trouvé l'encadrement du but sur son chemin ce midi.

Mais revoici deux pc consécutifs et cette fois Boon a l'occasion de déflorer son compteur (7-1). Les Russes ne lâchent pas cependant et à 90 secondes de la fin du 3e quart-temps reviennent à 7-2, un coup franc de Nadyrshin étant repris par Kuraev démarqué (7-2).

Les Reds (en blanc) commencent donc le dernier quart-temps avec pour mission de ne pas encaisser deux nouveaux buts. A la 49e Tom Boon envoie un tir violent du bord du cercle, que le gardien russe sauve brillamment... en deux temps. Le serial buteur de l'équipe belge est encore tout près de marquer sur un service de Charlier, mais à nouveau le gardien russe sauve. En revanche, il est impuissant sur un pc modèle : donné à toute allure par Dohmen, stoppé par Van Doren et catapulté par Hendrickx dans la lucarne. Dificile de faire mieux (8-2). Et ce n'est pas encore fini : à la 56e un long rush de Kina, très actif, profite à Briels qui marque son premier but du tournoi (9-2). A 115 secondes de la fin De Kerpel force un 10e pc. Assez pour un 10e but ? Juste pas : Ozherelev sauve aussi bien le sleep de Boon que le rebond de Denayer. Et encore un tir de Briels à une minute de la fin.


Voilà nos Red Lions officiellement en demi-finale, ce dont personne ne doutait. Ils seront seconds de leur poule à moins que l'Espagne ne batte (et n'élimine) l'Angleterre (match à 17h tout à l'heure). Quant à l'identité de leur adversaire en demi-finale, elle sera connue après la partie de tir aux pipes à distance à laquelle se livreront les Allemands contre les Français (14h15) puis les Hollandais contre les Gallois (20h).