Après avoir perdu à trois reprises en Malaisie, la Belgique a retrouvé toute son efficacité dans le cercle. Hier, face à la Malaisie, les "Diables Rouges" n'ont pas livré leur meilleur match du propre aveu de Thomas Van Den Balck. "Mais la défaite contre l'Inde fut un déclic. Face à la Malaisie, nous avons appris à gagner un match même sans livrer une grande prestation. Nous nous attendions à une équipe de Malaisie plus agressive. Nous les avons bien manipulés."

Toujours devant au marquoir, la Belgique a parfaitement muselé les attaques des Malais en appliquant un des enseignements du voyage. "Nous avons appris à être sec dans les contacts. Notre mentalité a évolué. La Belgique doit se faire respecter. Je pense que nous avons fait un demi-pas dans cette direction. Dans tous les secteurs de jeu, nous n'hésitons pas à avoir une attitude franche et déterminée."

Ainsi, cet apport a permis au groupe de grandir au fil des matches. "Nous avons nourri des regrets après nos défaites contre l'Argentine et surtout le Canada où nous avons eu la balle durant 80 % du match. Je dirais que l'Inde fut la défaite frustrante qui a déclenché une remise en question. Contre le Pakistan, nous avons non seulement offert un beau spectacle, mais en plus nous avons été efficaces dans le cercle. Enfin, hier, contre la Malaisie, un pas a été effectué vu que, même en jouant mal, nous gagnons. A ce jour, les JO semblent encore loin. Le groupe n'a jamais perdu confiance en ses moyens."

Samedi, la Belgique dispute son dernier match de groupe contre la Nouvelle-Zélande avec toujours le même credo : jouer son propre jeu sans se soucier du nom de l'adversaire. Chemin inévitable pour se faire un nom dans le milieu et être respecté à sa juste valeur...