A l’heure où les ambassadeurs de la Division d’Honneur ont entamé une période d’hibernation de 16 semaines, 23 irréductibles effectuent des heures supplémentaires. Les Red Lions ont quitté lundi Kontich en bus en direction d’Eindhoven avant de s’envoler pour Lanzarote. Accompagnées de leurs homologues féminines, les troupes de Colin Batch participent au stage traditionnel du COIB.

Hier, après l’arrivée des cyclistes, la délégation belge affichait complet. Cent vingt athlètes partagent leur passion du sport et leurs rêves des JO en suant tantôt sur une piste de sport quelle qu’en soit la taille ou la couleur, tantôt sur une chaise de la salle de séminaire à l’occasion d’un débriefing ou d’une analyse vidéo.

Seul sport d’équipe présent, le hockey apporte une touche plus folklorique à ce stage. Parmi les 120 sportifs, plus d’un tiers manie le stick. "La présence d’un sport collectif apporte un air frais. Personnellement, je suis méga excité. Je vis une première expérience olympique qui me stimule à me battre pour accéder à mon rêve", confirme le défenseur du Léopold, Elliot Van Strydonck. "Comme nous étions déjà là l’an passé, nous connaissons déjà certains athlètes. On s’était bien entendus avec les filles du relais ou avec les Borlée."

Pas question de flâner, de siroter un bon verre à une terrasse ou de papoter entre athlètes. Le programme ne laisse que peu de temps libre. "A 7 h 00, nous débutons la journée par une session de ‘muscu’ avant de suivre un meeting avec notre coach mental Jeff Brouwers. Ensuite, nous suivons une séance de course entrecoupée d’analyses vidéos de matchs des Anglais ou des Japonais que nous affronterons la semaine prochaine. Le soir, nous partageons entre athlètes nos objectifs et nos souvenirs."

La qualification olympique en poche grâce à leur "Top 4" lors de l’Euro et leur présence pour la seconde année d’affilée donnent une autre envergure aux hockeyeurs lors de ce stage. "En général, ils connaissent nos résultats, poursuit le défenseur. Tous restent très concentrés sur leurs tâches car certains devront se battre en 2012 pour gagner le droit de se rendre à Londres en juillet."

Il a noué des liens privilégiés avec d’autres athlètes belges, dont l’éternel Jean-Michel Saive. "Il est très ouvert malgré son énorme palmarès. Il a assisté à toute notre session de course et a papoté en toute simplicité avec nous. J’ai été impressionné aussi par Tia Hellebaut, médaillée olympique. Elle dit toujours bonjour, mais reste enfermée dans sa bulle."

A la tête d’une quarantaine de sélections, Elliot Van Strydonck retrouve au fil des semaines un excellent état de forme. La bonne spirale du Léopold n’est pas étrangère à ce retour en grâce. "Je ne pense pas que les résultats du Léo influenceront ma sélection pour les Jeux. Dans un même temps, je puise une partie de ma motivation dans cette course au play-off."

Par ailleurs, Elliot Van Strydonck ne veut plus vivre la désillusion d’une éviction en dernière minute. L’an passé, son nom n’a pas résisté au dernier filtre avant les Championnats d’Europe de Mönchengladbach. "L’an passé, j’étais bien dans le coup avant de connaître une petite baisse de régime fatale en juillet, avoue l’international. J’ai été surpris de ne pas figurer dans la liste des sélectionnés. J’approche du meilleur âge dans une carrière. Les Jeux, j’en rêve. Si je n’y participe pas, j’aurai un peu raté ma carrière."

Avant de dévoiler sa tant attendue sélection de 16 (plus deux remplaçants) en juillet, Colin Batch annoncera le lundi 21 novembre les noms des 18 élus pour disputer le Champion’s Challenge en Afrique du Sud. D’ici là, le T1 jugera ses ouailles lors de matches amicaux contre l’Angleterre et le Japon la semaine prochaine. Si la majorité des athlètes du COIB resteront à Lanzarote durant deux semaines, les Red Lions rentreront déjà ce samedi en raison de leur calendrier dense.