Février de tous les mois, est le pire cent fois." Voilà qui est dit ! Neige, verglas, neige encore : les conditions climatiques ont contraint les hockeyeurs à laisser leurs sticks au placard ce dimanche, et les menacent d’en faire de même ce dimanche.

L’hiver sera donc, après la non-qualification directe et la non-qualification indirecte de nos Red Lions à la Coupe du monde du mois prochain, le troisième opus de la saga de l’année : le calendrier ! "Il faut savoir que, à la suite des résultats négatifs de l’équipe nationale, nous avons dû remodeler déjà 3 fois la grille calendaire", explique Jean-Christophe Capelle, secrétaire général de l’Association royale belge de hockey (ARBH) et en charge du dossier. "Le but est évidemment d’éviter autant que possible les doubles week-ends", où les clubs jouent le samedi et le dimanche, déjà au nombre de quatre cette saison, puisque les rencontres prévues dimanche passé se disputeront le samedi 20 mars.

Comment expliquer par ailleurs que seul le hockey y ait recours ? "Les clubs comme les arbitres sont défavorables aux matches en semaine, pour diverses raisons." Ça a le mérite d’être clair.

Est-il toutefois inconcevable de prévoir des journées d’alignement, ce qui permettrait éventuellement d’éviter de recourir à ces week-ends chargés qui déplaisent à tout le monde ? "Cette année, nous ne disposons que d’une possibilité", à savoir le 10 avril. Alors pourquoi ne pas avoir déplacé les matches vers cette date ? "Waterloo et Louvain, disputant l’EHL la semaine précédente, s’y opposaient", d’autant plus que le week-end suivant voyait lui aussi se dérouler, devinez quoi, deux journées de compétition ! Ceci étant dit, au cas où le froid se plairait à rester parmi nous jusqu’à dimanche, il faudra se résoudre à en faire usage, de cette date du 10 avril !

D’autres pistes ? Oui, ne pas jouer en février, avoir une plus longue trêve, reprendre le 1er mars et terminer le championnat en juin, par exemple : "J’y suis favorable, et c’est une réflexion que nous menons pour les prochaines saisons, y compris pour 2010-2011", commente Jean-Christophe Capelle. Mais les objections sont toujours les mêmes : "Les étudiants en période d’examen. Je le conçois pour les divisions inférieures, mais en ce qui concerne la Division d’Honneur, j’estime qu’un joueur peut étudier le matin et jouer son match de play-off l’après-midi." Attention toutefois au réchauffement climatique ! "Il y aura toujours des mécontents. Supposons que nous adoptions cette formule, et qu’il fasse superbe en février : j’imagine déjà les réactions de désapprobation !"