Petit, râblé, le docteur Yves Van Doninck déambule d’un présentoir à l’autre de l’immense buffet de l’hôtel de la délégation noire-jaune-rouge. Ne vous fiez pas à son regard rieur. De son œil de faucon, il surveille les assiettes bien garnies des Lions. En Inde, les problèmes sanitaires sont légion et la turista guette tel un félin en pleine brousse. Si jusqu’ici, il n’a pas (encore) eu trop de pain sur la planche, c’est sans doute grâce au travail en amont qu’il a réalisé avec le physiothérapeute de l’équipe, Tom Mertens. Les deux problématiques prioritaires sur lesquelles ils se sont penchés avant ce voyage périlleux pour les bedaines : le jetlag et l’hygiène.

Concernant le décalage horaire, quels sont les conseils que vous avez prodigués aux joueurs ?

Il n’y a pas de miracle. Pour récupérer au plus vite, il faut déjà arriver assez tôt avant le début de la compétition, c’est ce que l’on a fait en débarquant 8 jours avant le premier match. L’équipe a donc eu le temps de s’acclimater et de prendre ses repères. Mais avant le départ, comme mesure préventive, j’ai demandé aux joueurs d’aller se coucher plus tôt et de se réveiller plus tôt d’une demi-heure. Cela permet de déjà anticiper les problèmes. Enfin, un autre piège se loge dans les siestes, surtout celles après le petit-déjeuner. Il faut absolument les éviter au risque de se réveiller durant la nuit et d’être incapable de se rendormir.

D’accord, mais une fois qu’on a trouvé son cycle de sommeil, ce sont les problèmes sanitaires qui pointent le bout de leur nez…

Nous avons élaboré une série de consignes très strictes. Concrètement, il est demandé au groupe de présenter une hygiène irréprochable. Cela passe par des lavements très réguliers des mains à l’alcogel, mais aussi de ne jamais utiliser d’eau du robinet. Il faut se laver les dents exclusivement avec de l’eau minérale, mais aussi fermer la bouche dans la douche. Par l’eau transite une multitude de bactéries. Ainsi, lors des arrosages du terrain, on demande aux Lions de rentrer ou encore de ne pas laisser leurs protège-dents dans leurs chaussettes.

Décidément, c’est un programme presque militaire que vous leur infligez…

Effectivement, nous tâchons d’être le plus professionnels et donc le plus préventifs possible. Pour anticiper les soucis gastriques, on a utilisé des Corega Tabs, un puissant anti-bactérien. Mais sur place, ma devise est claire. "Fried, cooked, boiled or peeled". En gros, tout ce qui est consommé se doit d’être frit, cuit, bouilli ou épluché.