Hockey

Après une visite au Palais royal, les Red Lions ont mis le feu à la Grand-Place mardi midi. Et pour preuve, autour de 6000 personnes se trouvaient sur la "plus belle place du monde". Retour sur les réactions les plus enlevées de cette journée inoubliable pour le hockey belge

Les cinq hommes du titre

Vincent Vanasch, gardien. “Je ne pouvais pas rêver mieux comme retour en Belgique. Je ne m’attendais pas à voir la Grand-Place noire de monde. Merci au hockey belge. C’est un petit qui a un grand avenir. On a écrit l’histoire, c’est une reconnaissance et on ne nous l’enlèvera pas. Les Red Lions ont une génération dorée qui a encore de beaux jours devant elle.”

Arthur Van Doren, défenseur. “C’est un honneur et une joie immense de vivre de telles émotions. Je rends aussi hommage à tous les gens dans l’ombre qui ont permis au hockey belge d’être ce qu’il est aujourd’hui. C’est la victoire d’un collectif et d’une grande famille.”

Florent van Aubel, attaquant. “On était préparé pour subir et faire face à cette pression en finale. On est parvenu à remporter ce défi mental et je me suis focalisé sur ma famille avant de tirer le shoot-out décisif. Désormais, nous sommes premiers mondiaux mais ça ne me fait pas peur de devoir défendre ce statut.”

Simon Gougnard, médian. “C’est complètement fou ce que nous avons vécu. Je n’oublierai jamais ce que j’ai partagé avec le groupe, ce sera à tout jamais gravé dans ma mémoire.”

Alexander Hendrickx, défenseur. “Nous voulions plus que tout aller au bout de ce tournoi et remporter ce titre, d’autant plus après la finale perdue aux JO à Rio en 2016 puis à l’Euro d’Amsterdam en 2017. C’est le collectif et l’esprit d’équipe qui ont fait la différence.”

La star de l'équipe

Tom Boon, attaquant. “On ressent une joie immense, c’est exceptionnel. On osait à peine en rêver. C’est réel maintenant, c’est beaucoup d’émotions qui nous traversent l’esprit. On a vécu énormément de choses émotionnellement, avec des joueurs qui nous quittent sur blessure mais aussi avec le papa d’un coéquipier qui disparaît. Le moment où on lève la Coupe a été un moment de fierté énorme. La force collective sur le terrain et en dehors de celui-ci a fait en sorte qu’on soit champion du monde.”

L'infortuné

John-John Dohmen, milieu. “Je vais beaucoup mieux même si je suis encore en suivi médical. Cela a été dur quand j’ai dû quitter le groupe mais il n’y avait pas moyen de faire autrement. J’étais confiant pour le groupe et très fier de les voir gagner à la fin. C’est comme si j’avais participé avec eux jusqu’à la fin de la compétition.”

Le Boss

Marc Coudron, président de la Fédération belge. “Sur trois années, l’équipe nationale belge de hockey est devenue vice-championne olympique, d’Europe. Nous voilà désormais champions du monde. On est la meilleure équipe du monde, point barre ! C’est merveilleux pour le hockey belge.”