Marc Coudron, le président de l'ARBH, revient sur l'évolution du hockey belge qui est à l'aube d'importantes modifications qui devraient le porter vers de plus hauts sommets dans les années à venir. Le projet ABCD, mis en place à la suite notamment de beaux résultats sportifs des moins de 16 ans en 2004, est à l'origine de l'évolution du hockey dans notre royaume.

«Le projet ABCD est parti du constat que les sports collectifs belges ramenaient de moins en moins de médailles des JO, se souvient le président de l'ARBH. A la suite de l'édition à Athènes, en 2004, le monde politique et les membres du COIB ont mis sur pied un projet national qui avait pour but de promouvoir les sports d'équipes au niveau des jeunes pour les JO de 2012 et 2016. Le hockey masculin a été intégré dans le projet car nous frisions la qualification (13 éme au lieu de 12e). En terme d'équipe, nous avons le plus beau palmarès belge.»

Concrètement, l'apport de ce projet, qui se limite aux tranches d'âge des plus jeunes, consiste en une aide financière exclusivement.

«Nous avons reçu des fonds conséquents, explique Marc Coudron. L'aide se chiffre à plus ou moins 25 000 € soit 15 à 20 pc du budget global de la fédération. Tout est investi pour les jeunes garçons entre 12 et 18 ans. Nous avons professionnalisé la structure du hockey en établissant notre QG au Braxgata. Nous avons un accord avec ce club qui stipule que nous pouvons utiliser leurs terrains en semaine. Ce centre, réservé à l'entraînement, permet de centraliser nos forces sur un seul lieu surtout au niveau du matériel. Nous devions construire un nouveau centre, mais profiter des installations d'Anvers, nous a permis de prendre deux ans d'avance sur notre programme. Construire un nouveau complexe aurait coûté plus de 5 millions d'euros. De plus, le projet ABCD a permis d'engager un homme à temps plein, Bert Wentink. Ce Hollandais est le coordinateur des équipes jeunes et dames. Il a pour mission de renforcer la cohérence et la cohésion entre les équipes nationales jeunes pour tirer le hockey vers le haut. Le reste de l'argent émanant de ce projet est utilisé à la location de terrains, l'organisation des tournois, le financement des stages des garçons... Le projet, bien ficelé, ne laisse que peu de marges de manoeuvres au niveau des dépenses.»

A long terme, un projet «Pékin 2008 » sera mis en place pour aider les A. L'objectif sera de différencier la manière de travailler. Le but sera de passer d'un statut de joueur «très bon amateur à professionnel». Cette révolution pour le hockey belge est une évolution indispensable pour hisser notre hockey au niveau de nos voisins. Concrètement, il s'intéressera aux rythmes d'entraînement, aux rémunérations, au matériel ou encore à l'entraînement. Le COIB aimerait profiter d'une aide du monde politique. L'argent est et restera toujours le nerf de la guerre.

© Les Sports 2006