A Lanzarote, certains observateurs externes ont remarqué que Sofie Gierts vivait clairement en dehors du groupe.

En Afrique du Sud, Sofie Gierts s’est entretenue avec Pascal Kina sur l’attitude d’une sportive professionnelle et de leur passion pour le sport. Elle répond que les autres filles ne s’entraînent pas par passion.

En Espagne, Sofie Gierts étant blessée, elle a reçu un programme personnel qu’elle n’a pas respecté à la lettre. Elle n’a pas respecté non plus le groupe ni ses obligations sportives. Entre autres faits, elle a préféré se promener un après-midi alors que la sieste était imposée à toutes les joueuses.

Six joueuses sont arrivées en pleurs chez Pascal Kina à cause de Sofie Gierts.

Après la qualification, Sofie Gierts aurait dit qu’après une telle prestation, elle ne pourrait plus être éjectée du noyau.

Avant la finale historique, Sofie Gierts s’est fendue d’un émouvant discours sur son amour pour l’équipe. Elle s’est ensuite confiée auprès de la kiné en vantant ses talents de comédienne.

Lors d’un entretien avec John Goldberg, elle aurait dit que personne ne pourrait lui prendre son rêve (de JO).

Sofie Gierts refusait de jouer à la pointe de l’attaque.

Les discours de Sofie Gierts varient d’un membre du staff à l’autre.

Durant un entretien en équipe, Sofie Gierts préfère écrire son autobiographie.

Sofie Gierts ne dit ni "bonjour" ni "au revoir" aux autres membres de son équipe.