MOENCHENGLADBACH Cette onzième Coupe du monde s'est achevée comme elle avait débuté, par une victoire de l'Allemagne. Hier, en apothéose du tournoi, l'Australie défiait sur ses terres une Allemagne, qui était la seule nation invaincue depuis le depuis du tournoi. Les 22 acteurs épargnèrent les supporteurs du traditionnel round d'observation. Il faut dire qu'ils se connaissent pour avoir notamment déjà été opposé en final du dernier mondial. Sur un rythme très élevé, les Australiens firent jeu égal avec le pays-hôte durant le premier quart d'heure. Le premier acte de la pièce se déroula à la 18 éme minute lorsque l'inévitable Christopher Zeller décanta la situation pour mettre l'Allemagne aux commandes de la partie. Ce but eut le mérite de réveiller les hommes de Barry Dancer qui égalisèrent sur l'action suivante grâce à un pc dévié par Mark Knowles. Les finalistes malheureux de 2002 prirent le jeu à leur compte et augmentèrent leur viatique en deux temps: avant le repos sur un nouveau pc converti par Mathew Naylor et à la 38 éme via Troy Elder qui marquait son 4e but de la compétition. Il restait alors une demi-heure de jeu et la fin de rencontre s'annonçait palpitante. D'un côté, les Allemands ont prouvé à plus d'une reprise qu'ils étaient capables de redresser des situations délicates comme ce fut le cas face aux Pays-Bas. D'un autre côté, les Australiens ont prouvé à maintes reprises que leur jeu athlétique était impérial en seconde mi-temps comme en demi-finales face à la Corée.

Les Pays-Bas décevants

À ce petit jeu-là, les Teutons furent les plus malins. Non seulement ils revinrent au score en dix minutes via Furste et Emmerling. Ce dernier, en plongeant pour frapper sa balle se loupa, mais parvint à lober le malheureux Mowlam trop avancé.

Les Australiens payèrent cash leur relâchement durant un quart d'heure. À 3-3, l'intensité baissa d'un cran. Les «Aussies» furent pris à leur propre jeu et craquèrent physiquement après avoir renoncé mentalement. Ainsi, les troupes de Bernhard Peters bouclèrent de la belle des manières leur Mondial grâce à un superbe effort individuel de la star locale, Christopher Zeller qui en profita pour inscrire son 8 éme but. Il termine ainsi deuxième meilleur buteur derrière le Néerlandais Taeke Taekema. Les Pays-Bas qui se consoleront avec ce trophée à défaut d'avoir pu lutter pour les premières places. Ils ont terminé par un succès, pas celui escompté en début de parcours. Les Bataves achèvent à une lamentable 7 éme place.

En haut de tableau, l'Espagne, championne d'Europe, a terminé son tournoi par un succès dans les arrêts de jeu face à l'autre belle surprise du tournoi, la Corée. Les Coréens, mal embarqués dans leur dernier match, ont trouvé les ressources pour revenir à 2 buts partout grâce à leur bonne organisation pour tirer les pc. Finalement, la première minute des arrêts de jeu aura marqué un coup d'arrêt pour les Asiatiques qui réalisent le même parcours qu'en 2002. L'Histoire retiendra du Mondial de Moenchengladbach un quatuor de tête presque identique qu'à Kuala Lumpur avec l'Espagne qui a remplacé les Pays-Bas sur la troisième marche du podium. Après les Pays-Bas qui avaient remporté «leur» Mondial en 1973 à Amstelveen et en 1998 à Utrecht, l'Allemagne est la seconde nation à avoir remporté le sommet quadriennal à domicile.

© Les Sports 2006