© PHILIPPE DEMARET

Hockey

Tout donner pour être...18e à Athènes

JEAN-FRANÇOIS JOURDAIN

Publié le - Mis à jour le

ENTRETIEN

Il s'appelle Jérôme. Pas mal comme prénom, mais au Léo tout le monde l'appelle Jack. Un surnom qui date de quand il était scolaire dans une équipe où il y avait deux Jérôme et un Jérémy, et qu'il fallait trouver un moyen de les différencier en une syllabe. «Au début c'était Jack l'Ecureuil, vu que j'ai toujours été le plus chétif de l'équipe et que je ressemblais à un écureuil chez les scolaires. Et puis c'est resté, comme tous les surnoms» sourit ce diplômé de l'Ichec, qui a fêté ses 22 ans en octobre et suit actuellement une option complémentaire en néerlandais à Louvain, comme Pitch Letier avant lui.

Autrefois milieu-milieu, Jack est aujourd'hui surtout utilisé comme ailier droit, même s'il n'est pas un buteur né. Aussi ses trois buts de dimanche lui font-ils plaisir. «C'était la première fois que je réussissais un triplé. On m'a toujours dit qu'un de mes points faibles, outre mon manque de stature physique, était le manque d'efficacité. Alors, j'essaie de m'améliorer. J'ai toujours été une bête d'entraînement. Au Léo, la concurrence est rude et on peut être déjà content d'être dans les 11 de base». Et puis, ce n'est pas si facile de jouer au Léo quand on s'appelle Verdussen - un sujet qui a déjà fait l'objet de nombreuses discussions avec sa copine Géraldine qui, elle, évolue à... Uccle Sport.

Le Léo est deuxième après 13 journées, mais à bonne distance du Dragons. Comment évaluer son parcours jusqu'ici? «Je fais miens les mots de Bob Maroye: jusqu'ici, nous jouons à 70 pc de nos possibilités. Cela entraîne que nous restons à portée de fusil de formations moins fortes sur le papier, et que celles-ci peuvent à tout moment nous prendre des points. Il est vrai aussi que nous avons plusieurs nouveaux joueurs à intégrer, qu'il y a eu beaucoup de blessés en début de saison et que les automatismes ne sont pas encore bien huilés.»

Athènes, rêve de gosse

Membre depuis un an du noyau de l'équipe nationale, Jack a été éliminé de justesse de la sélection pour Barcelone, mais est resté candidat pour Madrid - même si Giles Bonnet lui a dit que ses chances de sélection étaient faibles - parce que c'est un excellent moyen d'apprendre, de s'améliorer tactiquement et de bénéficier d'un entraînement physique encadré. «Je donnerais tout pour être ne fût-ce que 18e à Athènes. Les Jeux olympiques, c'est un rêve de gosse. Je suis certain qu'à Madrid, il y aura moyen de se qualifier dans cette poule très ouverte. Ce serait extraordinaire d'être le premier sport d'équipe aux Jeux depuis près de 30 ans».

Dans ce contexte, beaucoup de choses dépendront, entre autres, de la naturalisation de Gaby Garreta (qui devrait passer devant la commission ad hoc dans les prochains jours). «Mais j'ai d'autres concurrents pour ma place, notamment Jérémy Schuermans et Xavier Brooke» fait-il observer.

L'histoire se répétera-t-elle? Beaucoup de gens ont oublié aujourd'hui que son père Philippe, ancien président du Léo, manqua de justesse les Jeux de Montréal en étant évincé en dernière minute par le retour inopiné de Jean Toussaint. Dans la famille Verdussen, on espère que l'histoire ne repassera pas les plats...

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous