Quinze semaines. C'est le temps, passablement long, qu'a duré la trêve hivernale consacrée à notre équipe nationale et à sa Coupe du monde. Point n'est besoin de revenir sur les prestations de nos Diables Rouges : leur coach n'avait-il pas déclaré lui-même que son équipe allait à Kuala Lumpur pour apprendre ? Il reste à espérer que les leçons porteront leurs fruits dans les mois à venir, mais cela, seul l'avenir le dira.

En attendant, les clubs de division I sont ravis d'en découdre à nouveau, comme en témoignent les multiples réactions que nous avons enregistrées ce vendredi. La plupart ne sont pas restés inactifs et deux d'entre eux ont profité de l'interruption pour changer de coach ! C'est le cas de l'Orée, qui remettra sa 3e place en jeu au Beerschot, et du White Star, qui accueillera l'Héraklès et tentera de se désembourber de la zone de relégation. Curieusement, les deux clubs ont fait revenir chez eux un ancien coach qu'ils n'avaient plus trouvé assez bon autrefois : Paul Moreau à l'Orée et Alain Boon au White Star. Ne dit-on pas que faute avouée est à moitié pardonnée ?

LA MENACE ARGENTINE

L'Orée se déplace donc au Beerschot, plutôt déforcée puisque Ciselet est suspendu, Balon-Perin retenu par son travail, A. Van Geirt par ses études, alors que Sempoux et Quiévy sont blessés. Un sérieux handicap alors que les Ours

ne déploreront que l'absence, devenue traditionnelle cette saison, de Pecher, qui s'est cassé trois côtes en skiant !

Pendant ce temps, le Léo, 2e à deux points d'Uccle Sport, recevra une équipe qui rêve de le rejoindre au classement, le Wellington. Dorénavant armé des trois frères Garreta, le club cher à Gérald Deltour peut frapper très fort, mais Bob Maroye, qui n'a pas dû prêter de joueurs à l'équipe nationale, reste confiant dans les possibilités de son équipe.

A suivre aussi, le déplacement du leader ucclois à la Gantoise, jamais facile à manoeuvrer chez elle et qui a les dents longues.

Le White Star tentera de profiter de `l'effet Boon´ en accueillant l'Héraklès, mais avec Fayat et Maagdenberg blessés, et le duo Coudron-Willems rentré sans doute fatigué de Malaisie, ses chances de bien figurer sont minces. Pourtant, les Etoilés ont besoin d'un énergique sursaut.

Le programme sera complété par Louvain-Malines, belle occasion pour les Universitaires de se dégager un peu, même si Noël et Fayt sont incertains, et par Waterloo Ducks-Dragons qui verra les Brabançons aligner un nouvel Indien, Mohammed Nabi Riaz.

© La Libre Belgique 2002