Le hockey a forcément le vent en poupe depuis la qualification de notre équipe nationale pour les Jeux. L'ARBH n'a donc pas tardé à organiser une conférence de presse pour annoncer quelques nouvelles, dont l'une au moins va révolutionner les moeurs belges !

La première nouvelle de la journée concernait l'accession au titre de co-sponsor principal de la banque Delta Lloyd, qui augmente son apport et va contribuer financièrement à la mise sur pied d'un projet informatique de l'ARBH : une bibliothèque digitale d'exercices d'entraînement. "La formation a toujours été le talon d'Achille de la Belgique" opine Bert Wentink, high performance manager de la fédération. "Question de langue et aussi d'actualisation des exercices. Un site Internet en trois dimensions est la solution idéale. C'est un progrès majeur."

Mais le moment le plus attendu était le dévoilement, par Adam Commens, du groupe élargi de 27 joueurs qui va désormais préparer les JO de Pékin. On y retrouve évidemment les 18 héros de Manchester, mais aussi quelques jeunes qui étaient restés sur le carreau (Maxime Bertrand, Henry Cavenaile, Cédric Charlier, Mike Dewever), et des anciens qui vont reprendre du service. Au nombre de ceux-ci, deux anciens capitaines : Thierry Renaer (actuellement 2e au nombre de sélections nationales avec 309 capes) et Xavier-Charles Letier. Mais aussi le gardien Vincent Deneumostier (qui a décidé de rejouer au but) et John Goldberg, meilleur buteur belge depuis quatre saisons (voir page suivante la sélection complète).

"Pour l'instant j'ai la tâche facile" admet le coach australien à succès. "Tant que les résultats sont bons et que j'agrandis le noyau, tout le monde est content. Mais les difficultés commenceront quand je vais devoir le réduire, pour arriver finalement à 16 joueurs. Chacun des sélectionnés actuels aura sa chance et comme je vais voir des matches tous les dimanches, quelqu'un qui se distingue chaque semaine dans son club pourra aussi entrer en ligne de compte, de même que la porte reste ouverte pour nos meilleurs - de 21 ans, qui ont eux aussi un programme chargé. Une chose est certaine cependant, l'expérience ne suffira pas, les nouveaux appelés devront prouver qu'ils représentent une valeur ajoutée par rapport à ceux qui ont forcé la qualification à Manchester. Et pour aller aux Jeux, ils devront prendre congé complètement pendant deux mois, juin et juillet (ce qui s'ajoute aux JO en août, donc en réalité trois mois de congé, NdlR). "La situation n'est pas tellement différente de ce que nous avons connu cet été. Tôt ou tard il va falloir s'y mettre pour ne pas simplement figurer aux Jeux, alors quel meilleur moment choisir qu'une nouvelle qualification ? Et je veux dire aux étudiants : cessez de croire que seules les études mènent au succès, le sport peut aussi y conduire."

On le voit, ceci représente une révolution dans le milieu amateur du hockey. Les étudiants vont devoir négocier avec leurs universités (avec l'aide de la fédération, on suppose) et les indépendants faire des coupes sombres dans leur budget. Cette fois, pas de doute, la professionnalisation de notre hockey de représentation est lancée.