Truyens envoie la Belgique aux Jeux

Hockey

Jean-François Jourdain

Publié le

Truyens envoie la Belgique aux Jeux
© BELGA

Envoyé spécial à Manchester

Trente et un ans que la Belgique du hockey attendait cela ! Les mots manquent pour qualifier l'excellence de la prestation des Diables Rouges, vainqueurs des champions du monde allemands à l'issue d'une rencontre à couper le souffle, qui fera date dans les annales du sport belge en général, et du hockey en particulier ! Pour aller aux JO, les Belges devaient battre le numéro 1 mondial, que ce soit après 70 minutes, après 85 ou aux strokes. Ils l'ont fait et bien fait. Chapeau bas, cette qualification est on ne peut plus méritée et elle ne doit strictement rien à personne, si ce n'est aux joueurs et à leur staff ! Les Diables Rouges ont en effet largement tenu la dragée haute aux Allemands, s'octroyant dès la première mi-temps davantage de possession de balle qu'eux, ce qui en soi est déjà un exploit.

Les premières escarmouches furent certes allemandes, avec une sortie difficile de Cédric De Greve devant C. Zeller et un rebond de Wissenborn dans les filets latéraux, un sauvetage de la guêtre de notre gardien sur le premier pc allemand signé C. Zeller, et une reprise de Witthaus à nouveau à côté du but, mais les Diables ne furent pas longs à équilibrer les échanges et même prendre possession de l'entrejeu où Philippe Goldberg remercia Commens pour sa première titularisation dans ce tournoi avec une prestation cinq étoiles.

Niveau mondial

Il ne fut pas le seul, Luycx et L. Vandeweghe évoluant à un niveau vraiment mondial. La Belgique força ainsi quatre pc mais Bubolz fut intraitable sur les tirs de Gucassoff et un rebond de Truyens. Il ne se passa plus grand-chose avant la 33e minute, où les Allemands obtinrent un coup franc anodin en bord de cercle. Il fut joué par Hauke et dévié en direction du but par Witthaus. Witte se montra plus prompt que les défenseurs belges (0-1). En d'autres temps, les Belges se seraient découragés. Et certainement après le nouveau coup de massue que constitua la perte de balle deVan den Balck devant Witthaus qui évita De Greve et marqua de revers d'un angle très fermé. Du grand art mais un score complètement flatté (0-2). Mais voilà, les Diables Rouges étaient préparés à ce scénario et firent flèche de tout bois. A peine une minute plus tard ils obtinrent leur 5e pc et Alexandre De Saedeleer le convertit d'un tir dans le coin (1-2). On avait à peine eu le temps de noter ce retour de flamme que le cadet de la famille débordait sur la droite et délivrait un caviar à C. Vandeweghe dont la déviation remettait les équipes à égalité ! (2-2) Dès ce moment, on sut que plus rien ne pouvait arriver aux Belges, mais la route était encore longue.

Au bout du suspense

Il fallut encore un arrêt brillant du stick de De Greve sur le 3e pc allemand (55e), la carte jaune de Ch. Zeller pour un geste déplacé (61e) qui permit aux Belges de terminer en supériorité numérique et un 6e pc. Feinte de Gucassoff et tir imparable de Dekeyser dans le coin (3-2). La Belgique était à huit minutes trente des Jeux ! Et pourtant, on n'était pas au bout de nos peines. Dans un dernier sursaut, l'Allemagne força un 4e et dernier pc. De Greve dévia la balle sur le corps de Houssein : stroke et Meinert remit les équipes à égalité (3-3). Allait-on encore une fois voir s'éloigner le rêve, à six minutes près cette fois ? Eh non ! Si le 7e pc belge ne donna rien, Bubolz retardant encore l'échéance sur le tir de Gucassoff, la Belgique obtint un coup franc dans les 25 yards alors qu'il restait sept secondes. Maxime Luycx envoya une balle dans le paquet, que Jérôme Truyens dévia dans le but. 4-3 ! Cette fois c'était fini et on ne remit plus la balle en jeu. La plus belle des happy ends pour un match de pur délire !

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous