Une tradition coriace voulait ces dernières années qu'Uccle rate systématiquement son dernier match du championnat. On attendait dès lors avec curiosité de voir comment les Merles allaient s'y prendre pour inscrire six buts de plus que le Beerschot en 70 minutes. Les traditions sont cependant faites pour être renversées et les Ucclois n'ont pas failli à leur tâche... Il s'en fallut de très peu - sept minutes exactement - mais le champagne fut finalement au rendez-vous.

Déforcé pour les raisons que l'on sait - et qui ont été explicitées en long et en large dans ces colonnes - le Beerschot ne s'aligna cependant pas en victime consentante et fut loin de dérouler le tapis rouge pour l'équipe locale. Après 8 minutes celle-ci se retrouva au commandement sur un stroke converti par Philippe Stoupel, et cinq minutes plus tard Jérémy Zembsch convertit le deuxième pc ucclois. Entre-temps Stéphane Moraux avait sauvé un premier pc de John Goldberg et Jérémy Van Laere avait raté le rebond. Geens, puis Ph. Stoupel auraient pu creuser l'écart - sans compter un arrêt de Schöller sur la ligne - mais ce fut St.Charlier qui s'en chargea sur une reprise de corner (3-0). A ce but de raccroc succéda un véritable petit bijou signé Tom Van den Balck d'un tir en tête de cercle juste avant le repos, puis un but en deux temps de Maxime Tys juste après la reprise (5-0). A ce stade Uccle était qualifié mais un but d'Amoroso sur pc vint semer le doute (5-1). Uccle perdit le fil du match et à 7 minutes de la fin, sa situation semblait compromise. Fabian Beusen signa alors le but de la délivrance avant que Stéphane Charlier dévie... de la jambe une volée de Maxime Tys qui allait rentrer dans le but. Le compte y était...

© Les Sports 2006