L'Orée, victime du réveil léonin vendredi soir, avait l'occasion de se remettre en selle dimanche à l'occasion de la venue de l'Antwerp. Mais, contre toute attente, ce sont les Anversois qui allaient prendre la direction des opérations, monopolisant la balle grâce à une circulation de balle fluide et rapide. Les deux équipes, peu enclines à prendre des risques en début de partie, allaient se neutraliser lors de ce premier acte. La deuxième mi-temps allait offrir aux spectateurs ce qu'ils attendaient : du beau jeu, des buts et du suspense. Une perte de balle coupable de Nelis au milieu du terrain allait profiter à Ibarra, la nouvelle petite merveille oréenne. L'Argentin, sentant le bon coup, accélérait, effaçait un adversaire et plaçait hors de portée de Welten (1-0 à la 37e). L'Antwerp, vexé, retroussait ses manches et Geeris, par deux fois, allait buter sur un excellent Van Rysselberghe. Le match était définitivement lancé... et aurait pu être tué si Massion avait poussé au fond un beau travail de Mentrop mais il loupait l'immanquable. Les Anversois avaient-ils compris le message? Manifestement oui car quelques minutes plus tard, S. Baart y allait d'un maître-pc en pleine lucarne (1-1 à la 52e). Réduits à 10 suite à l'exclusion temporaire de leur buteur, pour une faute très légère, l'Antwerp allait concéder un stroke, converti imparablement par Ibarra (2-1 à la 60e). On pensait l'Orée partie vers un nouveau succès à domicile mais c'était compter sans la volonté des visiteurs. Qu'ils soient Australiens, Néerlandais ou Belges, les hommes de Commens ont alors resserré les rangs et haussé leur niveau de jeu. La défense woluwéenne subissait mais tenait bon. Mais ce qui devait arriver arriva, à une minute du terme: à l'issue d'une belle combinaison sur pc, Commens trouvait la faille, arrachant in extremis un point pour ses couleurs (2-2 à la 69e). Le match nul ne satisfait personne mais ni l'Orée, ni l'Antwerp ne méritait de perdre, vu la qualité de jeu proposée.

© Les Sports 2005