Les verdicts sont tous tombés hier en Allemagne où l'Espagne, l'Allemagne et la Corée ont rejoint l'Australie déjà qualifiée. S'il est certains matches nuls qui ont une saveur de victoire, d'autres laissent un goût amer. Le nul vierge scellant la rencontre Corée-Allemagne qui permettait la qualification des deux nations au détriment des Pays-Bas aura été le sommet de la honte. Les supporters présents dans les gradins, qui craignaient cet arrangement tacite à l'amiable, ont conspué leurs idoles.

«Je peux tout à fait comprendre la réaction des spectateurs qui avaient espéré voir un meilleur match», expliqua le centre-avant de l'équipe d'Allemagne, Christopher Zeller, déjà auteur de six buts. «Je peux également m'imaginer la déception des joueurs néerlandais. Si j'avais été à leur place, j'aurais maudit tous les acteurs qui se trouvaient sur le terrain. Mais pourquoi irions-nous faire une fleur aux Hollandais? Un partage suffisait pour être en demi-finales. Pourquoi prendrions-nous dès lors des risques pour gagner à tout prix ce match?»

Les Néerlandais cachaient difficilement leurs frustrations. «Je n'en veux pas aux Allemands car ils ont timidement essayé de déranger leurs adversaires. En revanche, les Coréens n'ont pas joué le jeu. Lorsqu'ils entraient dans les 25 mètres allemands, ils refusaient toute tentative d'infiltration. Ils n'ont pas tiré au but allemand en 70 minutes. Aucune des deux équipes n'a provoqué de pc!, soulignait déçu la vedette néerlandaise, Teun de Nooijer. Maintenant, nous ne devons nous en prendre qu'à nous-mêmes. Nous avons perdu contre la Corée et lâché deux points face aux Allemands alors que nous menions par deux buts d'écart.»

Les regrets seront d'autant plus éternels que les trois premiers du groupe étaient tous du même niveau et évoluaient un cran au-dessus des Anglais, Sud-Africains et Indiens qui n'ont grappillé que des miettes.

Dans l'autre groupe, il restait à déterminer les positions des quatre premiers tandis que l'Australie était qualifiée d'office. Les positions restèrent figées vu les succès de l'Espagne face au petit Poucet japonais et de l'Australie contre le Pakistan. Les Espagnols éprouvèrent de grosses difficultés à développer leur jeu et profitèrent de l'état de grâce de Freixa, auteur d'un triplé, qui donna l'avance aux siens à dix minutes du terme. Les Australiens se sont offert une victoire nette et sans bavure face au Pakistan (3-0).

Pour sa onzième édition, la Coupe du monde opposera en demi-finales l'Espagne, en route pour un éventuel doublé après son sacre européen, à l'Allemagne et l'Australie à la surprenante Corée.D Thibaut Vinel

© Les Sports 2006