ANALYSE

Quittons un instant les sommets du classement (toujours et de plus en plus occupés par les clubs ucclois traditionnels) pour nous intéresser à une lutte qui promet de ménager un maximum de suspense cette saison : celle pour éviter les deux sièges à bascule, et les (à peine plus enviables mais cependant un brin plus confortables) deux places de barragiste.

Traditionnellement, dans cette compétition quelque peu stéréotypée qu'est le championnat de division I, au moins l'un des deux montants est directement menacé de relégation. Pendant une décennie, le système des deux demi-saisons avec play-off, censé au départ offrir à davantage de clubs la possibilité de monter, s'est avéré provoquer l'effet contraire : il y avait moins de deux montants par saison, avec pour conséquence logique l'abandon d'une formule qui n'assurait pas assez le renouvellement des cadres. Toujours les mêmes, chantait Françoise Hardy...

Bref, on pouvait s'attendre, malgré le score remarquable qu'ils ont réussi la saison dernière en division II, que soit Malines, soit le Watducks (devenu depuis Waterloo Ducks), soit les deux, se retrouve dans le fond du panier. De fait, Malines apparaît depuis le début de la saison comme un oiseau pour le chat. Mais le début du calendrier malinois n'était certes pas un cadeau et il est plutôt symptomatique que les troupes d'Armand Solie aient glané leur premier point sur le terrain de leur compagnon de promotion. Il y en aura d'autres, mais cette équipe part sans doute de trop bas pour espérer se maintenir.

D'autant que les places sont chères ! Et elles le sont d'autant plus que l'autre promu a commencé son championnat en fanfare et se retrouve aujourd'hui, ni plus ni moins, dans la première moitié du classement. Evidemment, on n'a disputé que 5 journées sur 22, mais une équipe qui peut battre le premier de la saison régulière précédente n'est forcément pas d'office un candidat à la relégation. Mais alors... Qui ?

Personne n'aime voir ou entendre son nom en réponse à la question précédente. Mais certains noms viennent à l'esprit. La Gantoise? Possible mais pas certain. Après un début catastrophique, les élèves de Pascal Kina, enfin au complet, viennent de prendre quatre points sur six contre des membres du top 4 de la saison dernière. Ils ne devraient pas forcément s'arrêter en si bon chemin.

Le Wellington ? Il a certes raté son départ mais depuis, a aligné trois victoires ! Et avec ses renforts divers, il semble bien davantage adopter le profil d'une équipe de milieu de classement.

Reste à citer deux équipes qui souffrent du même mal : le White Star et Louvain. Tous deux ont pris le pari - volens nolens - d'intégrer un maximum de jeunes dans leur noyau. Ces jeunes ne manquent pas de talent pour la plupart, mais bien d'expérience et de maturité tactique. Ce qui leur coûte pas mal de points précieux, le record ayant sans doute été atteint dimanche avec Louvain qui s'est fait remonter de 3-0 à 3-4 en vingt minutes. Typique !

© La Libre Belgique 2001