Entretien

Le Racing vient de terminer un hiver mouvementé. Ayant prolongé son titre en salle au tiré des strokes, il a enchaîné avec une remontée facile dans le groupe C de la Coupe d’Europe. Le voici prêt à relever de nouveaux défis... à l’extérieur.

"Même si j’aime la salle, je suis content de retrouver le championnat sur gazon pour un deuxième tour qui s’annonce très intéressant" opine Marcelo Orlando, le coach du Racing. "Trois mois d’interruption, c’est énorme. C’est comme si on commençait un nouveau championnat, car l’interruption estivale ne dure pas plus longtemps."

Et en matière de reprise, les Rats seront gâtés puisqu’ils vont devoir affronter successivement Waterloo, le Dragons et Louvain, avec entre-temps un déplacement à l’Héraklès. Des matches qui n’ont rien d’une sinécure. "Dans une vingtaine de jours, nous serons fixés sur nos ambitions. Nous avons, heureusement, déjà pas mal d’avance sur le 5e, mais il faut jouer ! Le match de dimanche s’annonce fort tactique, comme tous mes duels avec Pascal Kina. Ce sera un match compliqué, ils ont des attaquants rapides et des milieux de terrain assez solides. Il est commode de dire que ce sera du 50-50, mais je crois aussi que c’est la réponse la plus honnête. Ca se jouera sur des détails et sur la mentalité des joueurs au coup d’envoi."

Précisément, le match aller avait été l’une des deux défaites du Racing, l’autre ayant été subie à Louvain. "Mais il y a peu de rapport entre les deux. Contre Waterloo c’était très ouvert. A Louvain nous avons tout simplement mal joué."

En attendant, le Dragons, le Racing et Louvain (avec ses deux renforts indiens, cf. ci-dessous) ont déjà pas mal d’avance, mais Waterloo doit encore assurer sa 4e place. "Il faudra voir la réaction du Bee et du Léo. La 4e place est encore accessible. Malheureusement il est clair que nous n’aurons toujours que deux représentants en EHL la saison prochaine, donc la première place sera importante." En Belgique depuis 1992, Marcelo a appris à aimer notre pays au point de s’y fixer définitivement après y avoir rencontré son épouse. "C’est un pays propre et agréable, les gens sont très communicatifs, le paysage du hockey belge en général me plaît. Bien sûr, il y a le climat, mais en ce qui me concerne j’ai assez avec deux mois d’été par an."

L’Argentin annonce déjà la couleur : "Le Racing revient d’assez loin et est en train de créer quelque chose de très bien sous l’impulsion d’un Tom François qui connaît très bien la musique. C’est nous qui organiserons la prochaine finale. Je souhaite en tout cas être encore au Vivier d’Oie la saison prochaine !"