La Belgique a littéralement touché le fond lors de son 5e match du Champions Challenge. S'il est exact que les mauvaises répétitions générales engendrent les grandes premières, alors on peut se frotter les mains : les Diables Rouges devraient, dans sept semaines à Manchester - c'est-à-dire sur terrain adverse - facilement triompher de cette équipe d'Angleterre pas géniale mais qui s'est contentée de faire son match et d'accepter avec reconnaissance les multiples cadeaux offerts par les Belges.

On est cependant en droit de se poser des questions quand on voit le match que les Diables Rouges nous ont servi samedi : un festival sans fin de mauvaises passes, de contrôles ratés, d'erreurs enfantines. A croire qu'ils jouaient pour la première fois ensemble ! Fatigue ? Que l'on sache, les adversaires ont joué le même nombre de matches, les mêmes jours, contre les mêmes équipes. Paralysie due à l'importance (pourtant toute relative) de l'enjeu ? C'est notre sentiment. Mais alors, il reste pas mal de pain sur la planche, car dans sept semaines il ne s'agira plus de conquérir une médaille de bronze au Champions Challenge , mais au Championnat d'Europe, place aux JO à la clé...

Les Diables ne furent pas longs à montrer leurs mauvaises dispositions car après 2 minutes, une erreur défensive leur valut de concéder un pc, mais De Greve garda son équipe dans le match d'un remarquable arrêt du stick sur le tir de Daly. L'exclusion temporaire de De Cock par un arbitre sud-africain encore plus mauvais que dimanche dernier mit le feu aux poudres : encore que l'erreur de débutant de Gucassoff qui offrit littéralement la balle à Jones aurait tout aussi bien pu être commise en supériorité numérique. L'Anglais profita avec joie du cadeau (0-1). Ce but assomma les Belges qui deux minutes plus tard concédèrent un second but sur un coup franc qui transperça toute la défense avant d'être repris par Daly en embuscade au 2e montant, via le poteau (0-2). Sur le fil juste avant le repos, la Belgique obtint un pc mais le rebond de Ch. Vandeweghe échoua à côté. A la reprise, les Diables semblèrent animés de meilleures intentions et on se prit à y croire lorsque Dekeyser réduisit l'écart sur le 2e pc (1-2). Mais ce ne fut qu'un feu de paille : les Belges concédèrent encore 4 buts, soit sur des erreurs défensives monstrueuses (la dernière fut un modèle du genre) soit sur des phases où ils furent pris de vitesse : il fallut avoir recours à la vidéo, une première, pour vérifier si le 4e but anglais était bien valable.

Entre-temps, les Belges réduisirent l'écart par Gucassoff (son n°4) et c'est bien là la principale satisfaction du tournoi : la Belgique a retrouvé un pc. Hélas, elle termine aussi avec la moins bonne défense du tournoi...