La semaine prochaine, le 12 pour être exact, les Diables Rouges entameront face à l'Egypte un tournoi fort important: le World Cup Qualifier 2006, à Changzhou. Arrivés il y a deux jours en Asie, les joueurs de Gilles Bonnet vont tenter de décrocher une des cinq places qualificatives encore disponibles.

Terminer la phase préliminaire à l'une des deux premières places de leur poule leur assurerait le déplacement en Allemagne au mois de septembre. Sur papier, deux adversaires sortent du lot: l'Angleterre et le Pakistan. Ce dernier occupe le sixième rang mondial et vient, tout récemment de se classer deuxième aux Jeux du Commonwealth, derrière le rouleau compresseur australien. Bien installés dans le top mondial, les Pakistanais entament le tournoi avec l'étiquette de favori.

Un titre que ne conteste pas Gilles Bonnet, le sélectionneur national, tout en soulignant que c'est une équipe à qui il arrive de concéder des buts assez facilement même si cette faiblesse est largement compensée par la puissance de la ligne d'attaque.

Confrontée au Pakistan le mois dernier, l'Angleterre, dernier adversaire au programme des Belges, s'est inclinée après avoir pourtant fait fort belle impression. Des Anglais qui ne manqueront pas de se souvenir, à l'heure de monter sur le «Polygrass» de Changzhou, des deux revers que leur a infligés l'équipe nationale belge lors de la dernière Coupe d'Europe et, précédemment au Champion's Challenge.

Battre l'une de ces équipes devrait assurer aux Diables de terminer en ordre utile pour autant qu'ils n'aient pas connu d'accident au cours des rencontres théoriquement plus abordables contre le Canada, l'Irlande et l'Egypte. C'est l'objectif avoué du groupe, soucieux d'éviter le stress que constitueraient les matches croisés pour la cinquième place face au 3 éme ou au 4 éme de l'autre série, dont le niveau semble a priori plus élevé. Un objectif qui, pour être atteint, nécessitera une l'audace dont la Belgique a désormais fait son leitmotiv. Si le Canada demeure une inconnue, l'Irlande est venue jouer, au mois de novembre dernier, deux rencontres amicales au Braxgata. Deux victoires belges indicatives même si plusieurs titulaires irlandais manquaient à l'appel. Importantes rencontres toutefois, car on ne doute pas que le tandem Bonnet-Kina se soit servi des enseignements dégagés à cette occasion pour façonner leur nouveau système de jeu.

Enfin, et c'est par là que commencera le défi belge, l'Egypte fait figure de «Petit Poucet» du groupe. Le premier stage hivernal des Belges leur a permis d'apprendre, en cinq rencontres, les moindres détails du jeu égyptien. Pascal Kina était, à l'époque, catégorique: «Si on ne bat pas l'Egypte, on peut rentrer tout de suite». Si cela devait arriver, nul doute qu'il faudra cravacher par la suite...

© Les Sports 2006