On a eu besoin de deux-trois matchs pour se retrouver", expliquait Thomas Van den Balck à l'issue de la victoire des Diables rouges face au Pakistan (5-3). Les trois premières rencontres belges en Malaisie s'étaient soldées par autant de défaites. "Nous n'avions plus joué ensemble depuis l'Inde, en janvier dernier, poursuit le joueur du Watducks. De plus, nous déployons une nouvelle tactique, qui implique une disposition plus offensive. Il s'agit, en deux mots, de créer plus d'espaces pour arriver plus rapidement devant le but adverse."

Une tactique qui a porté ses fruits contre le Pakistan, puisque les Belges ont chaque fois mené à la marque. Rejoints à trois reprises avant la mi-temps (3-3), les hockeyeurs belges ont cependant réussi à prendre l'avance et à tenir en respect leurs prestigieux adversaires tout au long de la seconde période (5-3).

Une tactique qui est en réalité une nouvelle corde à l'arc de l'équipe nationale. Comme le mentionnait le coach Adam Commens en début de tournoi (LLB 10/05), "le tournoi sert, en plus d'appréhender les conditions climatiques qui devraient être celles de Pékin au mois d'août, à tester non pas des combinaisons de joueurs mais bien des dispositions différentes sur le terrain, confirme Philippe Vanhemelen, son assistant. Nous veillons cependant à faire tourner les joueurs un peu plus rapidement que d'ordinaire afin qu'ils puissent bien s'hydrater."

Autre aspect méritant d'être mentionné : l'attitude des joueurs belges face à l'énervement dont ont fait preuve les Pakistanais. "Lorsqu'ils n'arrivaient plus à nous inquiéter, les contacts ont été un peu plus rudes, raconte Thomas Van den Balck. Nous ne sommes pas rentrés dans ce jeu. Il faut manifester sa désapprobation auprès de l'arbitre mais tout de suite passer à autre chose : maintenir le score en notre faveur." Et si possible placer une nouvelle banderille...