UCCLE `Il y a peu de commentaires à faire: nous avons fait un bon match mais le Beerschot a été plus réaliste.´

Alain Geens, bien plus calme que le week-end dernier, commentait ainsi la deuxième défaite de ses joueurs en ce début de championnat. Une rencontre exceptionnellement avancée au samedi en raison de la traditionnelle revue Barber Shop organisée par le club ucclois.

Bien que privé de son portier Stéphane Moraux, retenu pour des raisons professionnelles, Uccle entamait la rencontre avec les faveurs du pronostic d'autant plus que Frédéric Collignon devait se blesser à l'échauffement. Verdict: une épaule luxée pour le joueur anversois.

Tout commençait de la meilleure des manières pour Uccle puisque dès la 9e minute, Philippe Stoupel, bien lancé par Van den Balck, trompait Benoît De Saedeleer d'un joli tir décroisé.

Le Bee réagissait immédiatement: 3 minutes plus tard, John Goldberg inscrivait en pleine lucarne son premier pc de l'après-midi. Ce à quoi répondit immédiatement Jérémy Zembsch par un autre pc tout aussi réussi: 2-1.

Réalisme anversois

Le match des penaltys-corners était lancé. A ce petit jeu, c'est John Goldberg qui prit le meilleur sur son adversaire ucclois en inscrivant en l'espace de dix minutes deux nouveaux pc (2-3). A chaque fois en pleine lucarne et avec un formidable réalisme, puisque les joueurs d'Edegem avaient transformé 100pc de leur pc (3/3) obtenus en première période!

Malgré une domination territoriale uccloise, le Beerschot entamait donc la seconde période avec un but d'avance. Zembsch, de nouveau sur pc mais en deux temps cette fois, ramenait rapidement son équipe dans la course (3-3).

Las, l'équipe uccloise finissait la partie avec un jeu stéréotypé, avec un manque évident de force de pénétration dans le cercle. Antoine Hertoghe en profitait pour sortir d'une mêlée et inscrire le but qui attribuait, contre toute attente, les 3 points aux Anversois.

`C'est une très belle victoire, jubilait Patrick Goldberg, le manager du Beerschot.

`Nous avons certes été un peu dominés mais cette fois la roue a tourné en notre faveur, contrairement au match face au Wellington. La différence s'est clairement faite sur pc: John Goldberg nous a sorti un match extraordinaire en inscrivant les 3 pc que nous avons eus en première mi- temps. Du véritable caviar!´

© Les Sports 2002