Le Watducks était marqué par les 60 minutes d'effort en demi-finale de l'EHL contre Mannheimer. Ils étaient également concentrés. Aucun ne voulait parler de victoire avant d'avoir joué la finale lundi à 15h.


Romain Penelle a joué un rôle majeur en plantant le shoot ou victorieux, comme en huitièmes de finale.


Réaction de l'entraîneur.- Xavier De Greve : « C'est juste fabuleux ! »

« Le club mérite cette victoire depuis si longtemps. En Belgique, nous avons gagné 5 titres en 12 ans. En Europe, nous étions encore inconnus. Nous jouerons la finale de l'EHL. Enfin ! Mon équipe était malade en début de semaine. En plus, nous perdons Van Marcke mardi. J'ai 5 gars de moins de 20 ans. J'ai vu une équipe joué ensemble. En défense, nous n'avons commis qu'une seule erreur à la 60e minute sur le pc qui amène le 1-1. Les Allemands ont poussé. Mes gars ont bossé sans compter. La nervosité n'a pas pris l'ascendant. Concernant les shoot out, j'étais présent lors du titre EHL de Vanasch. J'étais également dans le stade lors de la Coupe du monde. J'ai pris l'habitude de l'encourager juste avant. C'est comique. »


Vincent Vanasch arrête 75 % des shoot out : « En finale, c'est inimaginable ! »

« Si nous avions défendu ainsi toute l'année, nous n'aurions pas encaissé beaucoup de buts ! (rires) Face aux Allemands, nous avons souffert. Avec eux, ce n'est fini que quand ils sont dans la douche. On l'a encore vu aujourd'hui. On marque à 77 secondes de la fin. Ils reviennent à 42 secondes sur un pc que j'aurais pu stopper. Je suis prêt pour les shoot out. En Coupe du monde, nous étions mal partis sur les shoot out. Je ne panique jamais. C'est mon job. Quand j'arrête les deux premiers, je sens que je soulage mes coéquipiers. Un shoot ou est très psychologiques. Nos adversaires ont vu beaucoup d'images sur nous. Cette finale signifie beaucoup pour nous car nous avons 2 blessés. La jouer est inimaginable. Quel contexte ! J'en ai déjà joué une avec Oranje Zwart, mais il y avait 11 internationaux sur le terrain et 5 sur le banc. Ici, nous sommes 4 Red Lions et des petits gars qui en veulent à fond. »


Elliot Van Strydonck, un défenseur très solide : « Je suis surpris par mes coéquipiers »

En défense, Elliot Van Strydonck a mis le stick sans commettre aucune erreur durant 60 minutes. « Les Allemands jouent toute l'année en men to men. Nous aurions dû moins courir en jouant en zone. On a essayé, mais avec eux c'était compliqué. Ils sont rapides à la balle. On a joué au premier qui lâchera. A 42 secondes, nous défendons mal sur la phase qui amène le pc du 1-1. Face au Dragons en play off, nous n'avions pas la bonne mentalité et la bonne tactique. Nous nous sommes remis en question. Mardi, nous avons eu une grosse discussion ouverte. Cette semaine, on a passé du bon temps ensemble. La blessure de Guigui (Van Marcke) à l'entraînement mardi a été un coup dur qui nous a resserrés. Je vivrai ma 3e finale en EHL. J'avais perdu aux shoot out la première. J'ai remporté avec Briels et Vanasch la deuxième. Ici, tout est si différent. J'avoue que j'ai été surpris par mes jeunes coéquipiers. Je n'avais pas prévu qu'ils défendent si bien. Dohmen avait eu des mots juste lors du speech. Il avait dit que ce ne serait pas les leaders qui feraient la différence sur ce match. Il a eu raison. Penelle a eu du sang-froid pour mettre son shoot out. »