jean-françois jourdain Envoyé spécial à lille

IL Y AURA BIEN DEUX clubs belges en huitièmes de finale de l’Eurohockey League. On savait dès vendredi soir que Waterloo se qualifierait après son plantureux succès contre les Ecossais de Kelburne (4-1). Les Canards ont ensuite gâché l’occasion de terminer en tête de leur groupe - et donc d’hériter d’un adversaire théoriquement moins coriace au prochain tour - en s’inclinant 2-3 samedi contre les vice-champions anglais d’East Grinstead. Louvain a suivi un parcours diamétralement opposé: décevant la veille contre les Irlandais, les Universitaires ont créé l’exploit dimanche en éliminant un des grands d’Europe, l’Atletic Ono Terrassa, s’adjugeant par la même occasion la première place de leur poule.

Le Waterloo Ducks n’a guère laissé planer le suspense plus d’une mi-temps vendredi. Mené 0-1 au repos, le club brabançon a émergé en deuxième période contre les champions écossais d’Azzurri Kelburne, (4-1, buts de Xavier Brooke, Thibault De Saedeleer 2 x et Jérémy Muylaert) et dès cet instant, les Brabançons étaient pratiquement assurés de passer l’hiver au chaud. Leur défaite, évitable, samedi contre les vice-champions anglais (et actuels 2es de leur compétition), East Grinstead (2-3, alors qu’ils avaient mené deux fois sur pc par X.De Greve et Garreta) ne remettait rien en question.

"Je suis content de notre week-end, même si on peut toujours être déçu d’avoir perdu notre premier match de la saison" opinait Maxime Luycx. On n’a pas sécurisé l’avance que nous avions prise mais on pouvait se le permettre. Nous sommes qualifiés et c’est une bonne préparation pour la fin du 1 er tour de championnat."

A ce stade, samedi soir donc, Louvain était nettement moins bien embarqué après son match nul 1-1 contre les champions d’Irlande de Three Rock Rovers. S’étant fait rejoindre à la marque à l’entrée du dernier quart d’heure alors qu’ils avaient fait le plus difficile - ouvrir la marque par Pau Quemada sur pc, contre une équipe solide et physiquement rude mais totalement dénuée d’imagination - ils étaient condamnés à l’exploit face aux grands favoris de la poule, Atletic Ono Terrassa, eux-mêmes accrochés 0-0 par les mêmes Irlandais dans un match où ils avaient tout raté, y compris un stroke!

Mais dimanche, on vit que les Louvanistes, s’ils éprouvent souvent les pires difficultés à faire le jeu contre un adversaire défensif, s’y entendent à merveille pour déjouer les plans d’une équipe offensive comme l’est Terrassa. Les Universitaires s’arc-boutèrent aux deux avantages qu’ils se ménagèrent à la marque, d’abord par Hugues De Cooman, ensuite par Quemada sur pc, Witthaus ayant entre-temps égalisé pour les Catalans. Les Louvanistes, mis sous forte pression, défendirent proprement et admirablement, ne concédant qu’une poignée de pc sur lesquels un Manu Leroy des grands jours veillait au grain avec autorité. Finalement les Espagnols burent le calice jusqu’à la lie lorsque Pangrazio profita d’un dernier contre pour faire 3-1.

"Nous avons mené à la marque dans tous nos matches cette saison, mais nous nous sommes souvent montrés incapables de finir, constata le coach Norbert Nederlof. Aujourd’hui, nous avons prouvé que nous pouvions le faire, face à une équipe du top européen. J’ai vu une équipe solidaire où chacun s’est battu pour son voisin. La qualité est là, il manquait le fighting spirit, il est revenu aujourd’hui. Voilà qui donne un moral en béton pour la suite du championnat."

J.F. J.