Honda et BMW, le clan des ambitieux

Honda et BMW, les deux motoristes et les écuries qu’ils fournissent, BAR et Jordan pour le Japonais, Williams pour l’Allemand, abordent avec de fortes ambitions le Championnat du monde de Formule 1, dont le coup d’envoi sera donné cette fin de semaine en Australie à Melbourne.

Honda et BMW, le clan des ambitieux
©(EPA)

Honda et BMW, les deux motoristes et les écuries qu’ils fournissent, BAR et Jordan pour le Japonais, Williams pour l’Allemand, abordent avec de fortes ambitions le Championnat du monde de Formule 1, dont le coup d’envoi sera donné cette fin de semaine en Australie à Melbourne.

Les déclarations d’intention ont été claires. Derrière le duo Ferrari/McLaren-Mercedes sans doute encore inaccessible cette saison, toute autre qu’une 3e place au classement des constructeurs serait considéré comme un échec pour ce trio. D’où une lutte dans l’ombre des «ogres» qui promet d’être intense.

«L’an passé nous avions délibérément placé nos objectifs très bas. Notre 3e place fut une grosse surprise. Cette fois, en revanche, les objectifs sont bien supérieurs», a d’ailleurs annoncé Frank Williams. «A défaut de combler d’entrée l’écart avec Ferrari et McLaren, nous voulons nous en rapprocher assez pour profiter du moindre problème mécanique pouvant les affecter», a ajouté de son côté Gerhard Berger, co-responsable de BMW Motorsport.

Si Williams-BMW repousse à 2002 l’ambition de jouer le titre, il n’empêche que l’équipe anglo-allemande compte bien accrocher des victoires, deux ou trois, dès cette année. La barre a été placée très haut pour Ralf Schumacher et le prometteur Colombien Juan Pablo Montoya.

Le manufacturier Michelin pourrait peut-être les aider, les pneus français se présentant comme une arme redoutable sur certains tracés, dans certaines conditions. Comme le redoute Ron Dennis, patron de McLaren-Mercedes.

Chez BAR-Honda aussi le succès est programmé. «Nous devons finir au moins 3e et gagner des courses», a même asséné Craig Pollock, le directeur général de l’équipe. Après le bond avant effectué par l’équipe en 2000, une 5e place qui n’a cependant pas satisfait les responsables, ni Jacques Villeneuve, le pilote, l’implication plus importante de Honda autorise cette saison tous les espoirs.

D’autant que BAR présente une paire de pilotes homogène, expérimentée et talentueuse avec le duo francophone, Olivier Panis-Jacques Villeneuve. «Nos deux pilotes s’estiment et il y aura une émulation qui va rejaillir sur tout le monde au sein de l’équipe», n’a pas manqué de souligner Pollock. Le Français compte bien profiter de son expérience de pilote-essayeur McLaren pour porter BAR vers les sommets. Et lui-même par la même occasion. Villeneuve espère bénéficier de l’expérience de son coéquipier pour retrouver les sensations de la victoire.

Les derniers essais à Kyalami, avec une nouvelle configuration aérodynamique, ont ainsi conforté les pilotes dans leurs espoirs. Panis comme le Canadien attendent avec impatience le rendez-vous de Melbourne. Pour être définitivement rassurés, en sachant que rapidement, dès le premier Grand Prix européen à Imola, de nouvelles évolutions sont attendues.

Quant à Jordan, l’équipe irlandaise se doit d’effacer une année 2000 bien terne. Résultats décevants en raison d’une fiabilité souvent prise en défaut, fuite des cerveaux, avec notamment le départ du directeur technique chez Benetton-Renault, Eddie Jordan a dû user de toute sa persuasion, sa faconde, son charisme pour asseoir le futur de l’équipe.

En obtenant une motorisation officielle de Honda, le «boss» donnait un formidable coup de «boost» à l’écurie. «L’arrivée de Honda représente pour nous un engagement total dans l’optique de remporter le Championnat, n’a pas hésité à déclarer Jordan. C’est aussi beaucoup de pression sur nos épaules mais c’est aussi une formidable opportunité que nous ne retrouverons sans doute jamais. Cette fois, si nous échouons ce sera notre faute». Cette opportunité, Heinz-Harald Frentzen et Jarno Trulli sont prêts à la saisir.

(AFP)