Montoya, heureux même sans champagne

Pas de champagne sur le podium du Grand Prix d'Italie de Formule 1, dimanche à Monza. Cela n'a pas empêché Juan Pablo Montoya (Williams-BMW), le vainqueur devant Rubens Barrichello (Ferrari) et son coéquipier Ralf (Williams-BMW), de lever les bras au ciel, pour sa première victoire en F1 dès sa première saison.

Montoya, heureux même sans champagne
©EPA

Pas de champagne sur le podium du Grand Prix d'Italie de Formule 1, dimanche à Monza, mais Juan Pablo Montoya (Williams-BMW), le vainqueur, avait le coeur empli de joie alors que les tifosi envahissaient la piste. Le Colombien venait de remporter sur la piste lombarde sa première victoire en F1, dès sa première saison, devant Rubens Barrichello (Ferrari) et la famille Schumacher, son coéquipier Ralf (Williams-BMW) et Michael (Ferrari), le quadruple champion du monde et recordman des victoires en Grand Prix.

Brassard noir au bras gauche en signe de deuil après les attentats terroristes des Etats-Unis, comme Ralf Schumacher, Juan Pablo Montoya n'avait pas pu contenir complètement son bonheur, retenir les gestes du vainqueur, bras tendus au ciel sur la plus haute marche du podium. "C'est un grand jour pour moi. Gagner dès ma première saison, je suis vraiment heureux. D'autant que mon père est venu à Monza", disait Montoya.

Ce succès qu'il avait entrevu à Sao Paulo au Brésil en début de saison, fin juillet encore en Allemagne à Hockenheim, le Colombien le tenait enfin. Parti en tête, Montoya avait toutefois dû laisser Barrichello lui ravir un instant le commandement (9e tour).

Les Williams-BMW, plus lourdes en carburant, avaient opté pour une stratégie à un arrêt contre deux pour les Ferrari. Le choix de l'équipe anglo-allemande était le bon... même si Ralf Schumacher ne pouvait en profiter, Barrichello soufflant sa deuxième place à l'Allemand à six tours de l'arrivée.

Sans un premier ravitaillement un peu long (15 sec 9, au 19e tour), le Brésilien aurait peut-être pu priver le Colombien de la victoire. Mais dimanche, c'était bien Montoya le vainqueur du duel Williams-BMW/Ferrari.

Personne en effet n'était de taille à rivaliser avec les deux équipes fortes du moment, pas même McLaren-Mercedes, David Coultard et Mika Hakkinen ayant été une nouvelle fois trahis par leurs mécaniques, le Britannique dans un immense nuage de fumée blanche.

L'Espagnol Pedro de la Rosa (Jaguar) et le Canadien Jacques Villeneuve (BAR-Honda) s'octroyaient les accessits loin du quatuor de tête, devant Kimi Raikkonen (Sauber) et Jean Alesi (Jordan Honda).


Les réactions Juan Pablo Montoya (Col/Williams-BMW), vainqueur: «L’équipe entière, Williams, BMW et Michelin, ont fait un formidable boulot pour moi et je suis vraiment heureux de ce résultat. Je pense que c’est un grand jour pour moi, notamment en raison de la présence de mon père ici. C’était son anniversaire. Il y a aussi exactement un an, je remportais ma dernière victoire en CART. Au début de la course, j’ai eu pas mal de survirage, mais la voiture s’est améliorée de plus en plus et la vitesse était là quand j’en avais besoin». Rubens Barrichello (Bré/Ferrari), deuxième: «Je ne suis pas sûr de ce qui est arrivé au premier ravitaillement mais cela m’a couté beaucoup de temps, assez pour perdre la course. Nous avons toutefois donné un beau spectacle. Les pneus Bridgestone étaient bons et le moteur parfait. La stratégie à deux arrêts était la bonne et Ross Brawn a été fort pour penser à cela, car cela nous a donné l’opportunité de nous battre avec les Williams-BMW. J’ai passé Juan Pablo (Montoya) car j’ai vu qu’il avait des problèmes avec ses pneus arrière qui cloquaient et je l’ai passé à l’intérieur. Cela a été une bataille correcte. Avec Ralf (Schumacher), je pense qu’il rencontrait aussi des problèmes avec ses pneus arrières et ses freins, notamment à la première chicane. Aussi j’ai freiné tôt. Il m’a semblé qu’il voulait prendre l’extérieur de la chicane mais quand il l’a manquée, je me suis engouffré dans le passage». Ralf Schumacher (All/Williams-BMW), troisième: «Je n’ai pas trouvé les meilleurs réglages pour ma voiture durant tout le week-end. Mais je voudrais remercier l’équipe pour son travail. En raison des évènements malheureux qui sont arrivés, j’ai trouvé difficile de célébrer cette première et troisième place. Chacun comprendra les raisons de mon attitude».