David Richards remplace Craig Pollock

Le Britannique David Richards remplace Craig Pollock comme directeur général de BAR-Honda, a annoncé mardi l’écurie anglo-canadienne de Formule 1 lors de la présentation de la nouvelle voiture aux quartier général de la société à Northamptonshire (centre de l’Angleterre).

David Richards remplace Craig Pollock
©EPA

Le Britannique David Richards remplace Craig Pollock comme directeur général de BAR-Honda, a annoncé mardi l’écurie anglo-canadienne de Formule 1 lors de la présentation de la nouvelle voiture aux quartier général de la société à Northamptonshire (centre de l’Angleterre).

Il remplace l’Ecossais qui a démissionné lundi après avoir occupé ce poste dans l’écurie qu’il avait créée en 1998.

Lors de cette présentation, Honda a confirmé son engagement avec BAR en prolongeant son partenariat de trois ans avec l’écurie.

Richards, 49 ans, ancien directeur de l’équipe de rallye Subaru, était jusque là le patron des rallyes, des prérogatives qu’il ne semble pas tout à fait abandonner dans la mesure où son retour en Formule 1 (il était chez Benetton en 1998) n’affectera pas, a-t-il indiqué, ses projets de révolutionner le monde des rallyes.

Il affirme avoir «mis en place dans ce domaine une très bonne équipe qui va mettre en oeuvre ce que nous nous sommes engagés à faire, amener dans les cinq ans le rallye au deuxième rang absolu des sports mécaniques, devant les Grands Prix moto, à un niveau d’audience et de popularité que je situerai à 50% de la Formule 1 ».

Le nouveau «patron » de l’écurie anglo-canadienne va composer avec l’introduction par Honda d’un nouveau moteur, ce qui semble le séduire tout autant que la garantie de continuité avec le motoriste nippon. «Nous pouvons avancer vers un avenir sûr basé sur un partenariat fort », a-t-il estimé mardi.

«En ce qui me concerne, j’observerai la situation pendant un mois avant d’apporter des changements qui se révèleraient nécessaires », a-t-il dit.

Manque de retour d’investissements

Le départ de Pollock est interprété comme la conséquence d’une pression de British American tobacco, le cigarettier partenaire de l’écurie, peu satisfait de la disproportion entre ses investissements (219 millions de dollars, soit environ 246 millions d’euros) et la médiocrité des résultats enregistrés la saison dernière. BAR-Honda a terminé 6e du Championnat des constructeurs alors que Pollock lui-même affichait l’ambition, il y a un an, de finir au pire 4e.

Plus encore, l’écurie a terminé derrière Jordan (5e), autre voiture motorisée Honda. Le pilote phare, le Canadien Jacques Villeneuve, ami et protégé de Pollock, a terminé troisième à deux reprises la saison dernière.

Le départ de son mentor a naturellement conduit à s’interroger sur l’avenir du champion du monde 1997 (sur Williams Renault), lié par contrat avec BAR-Honda jusqu’à la fin de la saison, mais déjà convoité par Renault pour l’avenir.

David Richards avait débuté dans les sports mécaniques comme co-pilote de rallye. Il avait gagné le Championnat du monde 1981, sa dernière saison, au côté du pilote finlandais Ari Vatanen, sur Ford Escort. (AFP)