Les conditions d'Ecolo pour appuyer proposotion PS-MR

BELGA

Le Secrétariat fédéral d'Ecolo a précisé mardi les conditions auxquelles il apporterait son appui à la proposition de loi Monfils-Happart, qui permettrait l'organisation du Grand Prix automobile de Formule 1 de Francorchamps.

Parmi les "engagements clairs" réclamés par Ecolo aux acteurs de la Formule 1 figurent une augmentation substantielle du financdment du Fonds abnti-tabac et un engagement de la Fédération Internationale Automobile (FIA) à ne plus faire de publicité pour le tabac où que ce soit dans le monde à partir de 2006.

Ainsi, les Verts veulent qu'un Fonds public anti-tabac soit alimenté à concurrence de 7,5 millions d'euros chaque année dès l'année prochaine. Ce Fonds Public existe déjà mais des manoeuvres politiques ont réduit son alimentation à 625.000 euros seulement, regrette Ecolo, précisant que cet engagement est à prendre par le ministre des Finances et à confirmer par le gouvernement fédéral. Le parti réclame aussi une application plus stricte des dispositions anti-tabac existant aujourd'hui, "dispositions que l'on sait être contournées".

En outre, un engagement clair et précis de la FIA d'une interdiction mondiale de toute publicité tabac en Formule 1 dès 2006 est réclamé, afin d'éviter des publicités qui parviendraient dans le cadre des retransmissions télévisées de Grands Prix "exotiques" (Shangaï, Dubaï, etc.). En attendant, il faut des réductions significatives de la publicité sur les circuits de Formule 1, dit encore Ecolo.

Les écologistes réclament encore la mise en place d'une action coordonnée, partout dans le monde, et en particulier dans les pays les moins développés, "pour mettre fin aux pratiques douteuses des cigarettiers qui visent à accoutumer de jeunes consommateurs à l'usage du tabac".

C'est "à ces conditions et à ces conditions seulement" qu'Ecolo se dit disposé à examiner, en étroite concertation avec tous les partis -flamands et francophones- de la majorité fédérale, exclusivement la situation particulière du GP de 2003.

En outre, les Verts disent maintenir leur volonté de faire de la santé publique une priorité qui ne peut être soumise aux chantages des lobbies industriels quels qu'ils soient.